Gâteau veggie au boulgour, pesto de fanes de carottes, pignons, noisettes.

1
2

Hier au marché j’ai acheté à mon petit maraîcher bio une jolie botte de carottes nouvelles et ses fanes sentaient tellement bons et étaient d’un vert si tendre que je ne pouvais les laisser de côté.

Ainsi m’est venue l’idée d’un pesto de fanes de carottes.

Le pesto est une sauce-condiment datant du 19ème siècle. En dialecte génois, pesto se prononce « péstou »(participe passé du verbe génois pestâ, piler), le « o » se prononçant comme le « ou » français.

Cette ancienne recette est composée de basilic, de pignons de pin, d’ail et de parmesan pilés ensemble dans un mortier puis liés à l’huile d’olive et à l’eau de cuisson d’un bouillon, que l’on veut aromatiser pour des pâtes ou des minestrones.

C’est avec le temps que cette sauce a été ajoutée aux pizze et carpaccio.

Avec l’arrivée des Gênois à Marseille et à Nice à partir de 1850, le pesto s’est fait un cousin provençal : le PISTOU, généralement préparé sans pignons. Il constitue l’ingrédient essentiel de la soupe au pistou.

Il existe de nombreuses autres variétés de pesto comme le pesto rosso (à la tomate fraîche ou sèche, appelé aussi portofino), le pesto d’hiver (où le basilic est remplacé par des épinards). Il existe aussi du pesto avec d’autres plantes plus inhabituelles, comme la menthe et… les fanes de carottes !

3
4
5

Voici la recette d’un gâteau végétarien salé à base de boulgour qui est un dérivé concassé du blé dur préhistorique.

Il est à éviter pour les personnes souffrant de maladie coeliaque. Pour les autres, le boulgour est une graine à inscrire dans vos habitudes car le boulgour présente un bon apport en fibres, protéines et a un index glycémique très bas. Il deviendra le compagnon idéal de celles et ceux qui veulent surveiller leur ligne mais qui adorent la semoule!

On le retrouve beaucoup dans la cuisine du bassin méditerranéen comme en Egypte et en Grèce.

Dans ce gâteau vous retrouvez aussi du chèvre frais et de la noix de muscade.

Pour voir tous les ingrédients c’est par ici ! –>

6
7

Gâteau végétarien pour 4 personnes.

Temps de préparation: 30 minutes.

Temps de cuisson:: 1 heure.

Niveau : facile.

Budget:: 10 euros.

Ingrédients:

  • Pour le pesto:
  • 1 poignée de noisettes décortiquées
  • 1 poignée de pignons de pin
  • 1 gousse d’ail
  • 3 poignées de fanes de carottes
  • 6 cuillères à soupe d’huile d’olive (au basilic si possible.)
  • 3 cuillères à soupe de parmesan
  • Pour le gâteau
  • 1 litre de lait demi-écrémé
  • 160g de boulgour (bio svp car le blé est vraiment l’un des céréales le plus atteint « pesticidement » parlant)
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 3 oeufs fouettés en omelette
  • 1 brique de chèvre
  • 1 demi cuillère à café de noix de muscade et de sel et de poivre.

8

  • Allumez votre four à 210 degrés et beurrez + tapissez de papier cuisson un moule rond pas trop grand.Rincez, triez et ôtez les tiges des fanes de carottes puis mixez les avec l’huile, les noisettes, les pignons, le parmesan et l’ail écrasé !

    Réservez au frais.

    Faîtes chauffez dans une grande casserole le lait avec le bouillon cube. A frémissement versez le boulgour et mélangez. Laissez gonfler à couvert et enfin rajoutez le chèvre coupé en dés, les oeufs et les condiments

    Versez cette préparation dans le moule et enfournez pour 1 heure environ ! Démoulez délicatement à l’envers sur une assiette, n’hésitez pas à attendre un peu.

    Avant de passer à table tapissez le haut du gâteau de pesto de fanes et de quelques noisettes & pignons pour la décoration !

    9

    Bon appétit !

Saumon gravlax infusé à la betterave et aux baies roses.

graav1

Aujourd’hui j’ai l’honneur de vous présenter mon poisson préféré !

Le saumon, ce si beau poisson.

Et comme je suis d’origine scandinave je l’aime surtout cru, fumé ou mariné !

Seulement, je n’ai pas encore de fumoir… donc pour l’instant, je me contente de vous offrir la recette du saumon mariné, je veux dire par là, du célèbre saumon gravlax !

Ce sont les suédois et les danois qui disent gravlax, les islandais eux écrivent cela graflax et les finnois: graavilohi !

Petite histoire:

En fait, gravlax est la contraction de gravad lax, lax voulant dire saumon et gravad enterré: saumon enterré ! A l’origine les filets de saumon salés et parfois aromatisés de baies et d’herbes étaient (parfois) serrés entre deux morceaux d’écorce, on plaçait des pierres par dessus pour exprimer l’eau, puis on les enfouissait dans le sable. Evidemment, ce n’est plus la façon de procéder, aujourd’hui lorsqu’on parle de gravlax, on désigne un mode de préparation du poisson dans une marinade contenant a minima du sel, du sucre et de l’aneth.

Graavilohi veut littéralement dire: saumon salé !

Si vous voulez réaliser cette recette, il vous faudra acheter un bon morceau de saumon. Ce qui nous amène sur le terrain très pointu du choix du saumon.

Saumon sauvage, saumon d’élevage, atlantique, pacifique.. ?

Petit rayonnage informatif du monde des saumons:

  • Le saumon sauvage alias le saumon baladeur :

Points positifs:

Le saumon naît en eau douce, dans un fleuve ou une rivière. Quand il a suffisamment grandi, il file dans l’océan où il reste parfois plusieurs années. Puis un beau jour, le saumon entreprend de remonter le cours de la rivière où il est né pour s’y reproduire. Là, après avoir frayé, certains saumons meurent mais d’autres, surtout ceux de l’Atlantique, repartent gaiement se balader de nouveau dans leur océan, y restent et reviennent une seconde fois dans leur fleuve natal.

S’il vit tranquille dans l’océan, ça n’est pas le cas lors de ses parcours en eau douce car pour remonter le cours du fleuve, le saumon doit franchir moult obstacles qu’il saute allègrement. D’où son nom, dérivé du latin salire qui signifie sauter.

Il existe plusieurs espèces de saumons : tous sont gras, ont une peau grise/argentée et une chair plus ou moins rose, parfois presque rouge. Ce rose vient d’un pigment, l’astaxanthine (dérivé du carotène) qui colore la carapace des crevettes dont le saumon se nourrit volontiers. Parce qu’il se balade ainsi, le saumon sauvage est très sportif et donc super séduisant. Sa chair est ferme et son goût très fin.

Seulement, cette vision idéale du saumon sauvage parfait n’est plus.

Points négatifs:

Le saumon sauvage se raréfie de plus en plus pour toutes sortes de raisons : surpêche depuis plusieurs années, dégradation de son environnement.. En effet, les diverses pollutions et obstacles construits sur son parcours fluvial rendent le saumon nocif pour la santé! Quelle horrible peine j’ai eu à écrire cette phrase.. .

Le monde dans lequel nous vivons détruit la vie d’animaux innocents.

Le gouvernement norvégien l’a même récemment reconnu officiellement.. « le saumon sauvage est vivement déconseillé aux femmes enceintes et jeunes enfants »! C’est scientifiquement prouvé, les poissons ingèrent toutes les pollutions que la société d’aujourd’hui rejette dans la mer..

Pas la peine d’en rajouter pour vous faire comprendre que le saumon sauvage n’est plus vraiment sain et éthiquement bon. Paradoxalement, son prix est toujours très élevé.

  • Le saumon d’élevage alias le pauvre sportif:

Points négatifs:

L’élevage du saumon remonte aux années 60, mis en place par l’Écosse et la Norvège. Parti d’une noble cause, il s’agissait d’élever des alevins, des nouveau-nés saumons, pour les relâcher et repeupler l’Atlantique.

Puis on a gardé les saumons jusqu’à ce qu’ils soient adultes et on les a vendus. Ca a bien marché et du coup l’élevage des saumons s’est développé de plus en plus et est devenu une véritable industrie, jusqu’au Chili.La Norvège est le premier producteur. La France le premier pays importateur : nous adorons le saumon et nous en mangeons plus de 120 000 tonnes chaque année.

Ce sont des saumons qui ne nagent pas autant que les saumons sauvages (vu qu’ils sont dans des cages), qui sont nourris de farines de poissons enrichies en colorants chimiques (pour qu’ils soient bien rose vif car les gens aiment cela), qui sont régulièrement soignés avec des médicaments pour éviter les épidémies dévastatrices des élevages comme par exemple « le poux de mer ». Berk.

Chacun son opinion mais permettez moi ici d’y poser le mien.

  • Le saumon d’élevage bio: »l’alternative »:

Point négatif:

Il ne remonte plus les rivières en chantonnant et en évitant les ours bruns.

Points positifs:

Il n’ingère pas la pollution des océans, il n’est pas gavé d’antibiotiques ni nourrit de « choses » immondes.

En effet depuis les années 2000 l’aquaculture biologique répond à des règles très strictes qui tiennent compte à la fois du bien-être de l’animal, de l’environnement et du consommateur.

La prévention reste la règle prioritaire. Elle passe par le maintien de la qualité de l’eau, par l’espace vital accordé aux animaux et par le choix et la disponibilité de l’alimentation.

Conditions de vie:

Pour diminuer les risques de développement de parasites et de maladies la séparation des zones et la désinfection des matériels sont effectuées. Certains sites d’élevage bio se situent en pleine mer, afin de garantir un brassage et un renouvellement permanent de l’eau ou dans des régions bénéficiant d’une grande qualité d’eau. La densité maximum d’élevage pour le saumon bio est de 10 à 12 kg / m3. Un quota de production annuel est limité à 200 tonnes/an pour la truite et le saumon, par site, toutes espèces de poissons confondues. Dans le conventionnel, il n’y a aucune limitation de tonnage.

Alimentation:

L’alimentation des poissons d’élevage bio doit être conforme à leurs besoins physiologiques. Elle est constituée :

• de farines et d’huiles de poissons provenant de pêches sauvages gérées par quotas

• de 30% minimum d’ingrédients végétaux issus de l’agriculture biologique

Sont interdits:

• Les produits d’origines animales bio ou non bio

• Les OGM

• l’addition dans les aliments de stimulateurs de croissance, d’additifs médicamenteux, de colorants chimiques de synthèses, de stimulateurs d’appétit, toutes hormones de synthèses.

Couleur et origine:

Contrairement à ce qui est souvent observé, les salmonidés peuvent avoir des colorations différentes. Elle est due essentiellement à l’alimentation et aux origines. Sa couleur sera plus rouge dans le Pacifique, plus claire dans les pays nordiques et très pâle en mer Baltique. Par exemple, le saumon et la truite fumés BIO d’origine bretonne ont une couleur de chair naturellement claire due à une alimentation n’utilisant aucun colorant ni additif.

Le saumon est un vrai sujet d’actualité !

Aujourd’hui il faut avoir pleine conscience de ce que nous mangeons, de ce que nous choisissons de manger, c’est le plus important.

En écrivant cet article j’ai du mal à comprendre pourquoi je mange encore du saumon quelques fois. Son goût et mes origines troublent peut-être ma raison.. . mais quoi qu’il en soit, si vous aussi vous avez encore du mal à prendre conscience de tout ça, s’il vous plait, pour les saumons et pour votre santé, achetez avec conscience.

Après toutes ces péripéties, place à la recette !!

gra2

Temps de préparation:15 minutes + 24 heures de repos.

Budget:Tout dépend du type de saumon que vous choisissez ! Moi j’ai choisi un saumon bio d’Irlande à 34 euros le kilo.

Ingrédients pour 2/3 personnes:

  • 200g de pavé de saumon frais et sans arrêtes
  • 4 cuillères à soupe de sel
  • 4 cuillères à soupe de sucre roux
  • 1 cuillère à soupe de baies roses
  • 4 tiges d’aneth
  • Une cuillère à café de zestes de citron vert
  • 1 petite betterave

Vérifiez bien que votre pavé ne contienne plus d’arrêtes. Enlevez délicatement la peau argentée du saumon.

Dans un bol mélangez sel, sucre, zestes et baies roses.

Dans un plat étalez la moitié du mélange et 2 tiges d’aneth, déposez le saumon puis recouvrez du reste du mélange et d’aneth.

Découpez la betterave en lamelles et recouvrez le saumon de façon à ce que le pavé en soit recouvert de tous les côtés.

Filmez le plat et placez au réfrigérateur pendant 24 heures. A mi-parcours videz l’assiette de son jus.

Le sucre et le sel vont rentrer en osmose, la betterave va colorer la surface du saumon et l’aneth et les baies roses vont déployer leurs palettes de saveurs!

gra3

Une fois les 24 heures écoulées, déballez votre graavilohi et rincez le sous l’eau froide de façon à éliminer les grains de sel sucrés sur la peau. Séchez le avec un linge. Le saumon doit être rose foncé et lisse.

Il ne vous reste plus qu’à le couper en fines tranches.

Avec ce saumon mariné, les scandinaves mangent habituellement du pain de seigle et une sauce à base de moutarde et d’aneth.

Pour varier un peu et ajouter une petite touche frenchy, je vous propose des petits toats de pains aux graines et de chèvre frais, parsemés de sésame torrefié et d’aneth !

gra4

Palets aux carottes – cumin & noisettes.

1

Voici une petite recette facile & originale pour des déjeuners végétariens et sans gluten sur le pouce !

J’aime l’idée de petites portions qu’on peut emmener et manger un peu partout, en balade, au travail ou même chez soi, allongé dans son jardin !

J’aime aussi utiliser les produits en fonction de leur saisonnalité, mais je trouve intéressant de trouver des idées de plats intemporels, qu’on peut faire à presque chaque période de l’année. Cette recette en est un exemple parfait !

En effet, on trouve la carotte tout au long de l’année ! Ses variétés changent, mais la carotte en elle-même reste !

En avril arrivent les premières carottes nouvelles, rondes ou un peu allongées, cultivées en serres chauffées et vendues en botilllons avec les fanes. Ce sont soit les « grelots », tendres, sucrés et parfumés, soit la variété « Bellot », dont les carottes sont un peu moins fines. De mai à juin, viennent les carottes du type « nantaise », longues ou demi-longues, croquantes, cultivées sous châssis. Puis, de juin à octobre, arrivent les carottes longues ou mi-longues, cultivées en pleine terre, très bonnes si elles sont fraîchement cueillies. Enfin d’octobre à mars, on trouve les carottes d’hiver, longues et parfois grosses, de saveur moyenne, conservées en terre ou en chambre froide.

Mini historique:

La carotte est à la fois le nom de la plante potagère et celui de la racine que l’on consomme crue ou cuite. Elle serait originaire d’Asie Mineure, où elle poussait déjà à l’état sauvage il y a plus de 2 000 ans!

Les Grecs et les Romains reconnaissaient à la carotte une valeur thérapeutique (notamment pour l’acuité visuelle), mais ils ne l’appréciaient guère comme légume.

Jusqu’à la Renaissance, la carotte sauvage a une couleur blanchâtre, une peau assez coriace et un coeur fibreux. Elle n’apparaît jamais, comme toutes les « raves » (plantes cultivées pour leurs racines charnues comestibles), parmi les aliments nobles. Cependant, dès le Moyen Age elle devient un légume très consommé, comme le panais, car peu coûteux!

La carotte fut améliorée peu à peu, et des espèces cultivées furent vendues sur les marchés. Sa couleur orangée ne date que du milieu du 19ème siècle.

2

Nous voilà donc lancés dans une recette végétarienne !

Pour bien commencer, je vais vous présenter en quelques mots les fondements du plat végétarien, c’est à dire ce qu’on doit retrouver dans un plat de ce type pour une alimentation saine et équilibrée.

Il nous faut:

  • Des fruits et légumes crus.
  • Des protéines végétales, comme les céréales ou les légumineuses.

Les céréales contiennent des protéines mais la lysine, un acide aminé essentiel, leur fait défaut. C’est pourquoi on les associe aux légumineuses (lentilles, haricots blancs, rouges, noirs, pois chiche, pois cassés, fèves, soja) qui elles contiennent la fameuse lysine. Cela permet donc une meilleure assimilation des protéines complètes et accroit jusqu’à 50% la valeur des protéines absorbées. Quelle dose ? par exemple 150gr de céréale pour 50 gr de légumineuse. Saviez-vous que les pois chiches contiennent 7 fois plus de fer que le poulet et que les haricots renferment plus de phosphore que le poisson ?

  • Des graines oléagineuses + des fruits secs (amandes, noisettes, pistaches, noix de cajou, sésame, tournesol, pépins de courge…et raisins secs, figues, dattes, ananas, pruneaux…) pour des protéines complètes.
  • Des glucides de qualité.

Il s’agit ici de ne consommer que des aliments non raffinés, qui contiennent donc encore des minéraux pour permettre leur assimilation. Des sucres complets ou intégraux (Muscovado, Rapadura, sucre de canne complet, sucre de fleur de coco, sirop d’agave, de riz ou d’orge, sucre de fruits comme le poiret, sucre de dattes…), des céréales semi complètes (farine T80 pour le pain) donc pâtes et riz semi complets.

  • Des lipides de qualité.

N’hésitez pas à mélanger les huiles ! Olive, tournesol, lin, noix.. elles ont toutes des omégas différents !

  • Des épices.

En plus d’apporter couleur et goût à vos préparations, les épices aident à accélérer la digestion!

Voilà pour le topos ! Maintenant, voici la liste des ingrédients pour la recette, tous ayant une raison d’être !

3

Ingrédients pour environ 15 palets:

  • 100 g de farine de riz –> glucides
  • 50 g de flocons de pois cassés –>légumineuses
  • 2 carottes, ici des carottes d’hiver!
  • 1 cuillère à café bombée de cumin en poudre –>épice
  • 30 g de parmesan en morceaux
  • 1 poignée de noisettes entières décortiquées –> fruit sec
  • 1 poignée de noisettes en morceaux
  • 10 ml d’huile d’olive –> oméga 9
  • 10 ml d’huile de tournesol –> oméga 6
  • sel et poivre

NB.:Cette recette constitue une idée d’accompagnement ou un apéritif mais n’est pas un plat entier, c’est pourquoi on ne retrouve pas de légumes ou fruits crus.

Pour un déjeuner, accompagnez ces palets d’une salade verte ou d’une salade de tomates et d’un oeuf au plat par exemple!

La farine de riz et les flocons de pois chiche ne comportent pas de gluten ainsi l’assimilation dans l’organisme et la digestion seront plus aisés et vous ne risquerez pas d’être balloné si vous en mangez un peu trop!

La carotte, la noisette et le cumin sont une combinaison qui marche du tonnerre ! Vous verrez !

4

Temps de préparation: 1 heure (dont 30 minutes au frais).

Budget: 6 euros

Consignes:

Pelez et râpez les carottes. Placez-les dans un mixeur avec les autres ingrédients excepté les noisettes entières. Mixez jusqu’à obtenir une pâte homogène et épaisse.

Roulez la pâte en un long boudin d’environ 2 – 3 cm de hauteur.

Réservez la pâte au réfrigérateur au minimum 30 min pour qu’elle puisse se raffermir et développer ses arômes.

Préchauffez le four th. 6 (180°C). Chaleur tournante de préférence.

Sortez le boudin et sur un plan fariné, tranchez le en rondelles de 1 cm d’épaisseur.

Placez les rondelles sur une tôle à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé ou dans des mini moules en silicones. Disposez une noisette sur chaque palet.

Enfournez et laissez cuire une quinzaine de minutes. La noisette va se torréfier pendant la cuisson.

Laissez refroidir sur une grille, les palets durciront en séchant mais le cœur du biscuit restera moelleux. Ces biscuits se conservent un petite semaine.

5

Muffins carott cake.

1

La petite histoire du carott cake:

C’est un vieux gâteau, car ses ancêtres sont nés au Moyen Age!

En effet, à cette époque les sucreries étant très onéreuses, les carottes firent leur entrée en pâtisserie, car elles avaient un côté sucré et on pouvait les récolter facilement. On dit que les premiers ont été réalisés en Suède, mais c’est surtout durant la période géorgienne puis la seconde guerre mondiale et les rationnements de nourriture en Angleterre que les carottes furent à nouveau une alternative au sucre. La popularité du carott cake était faite !

Les américains le découvrirent dans les années 60 , et en firent eux aussi un gâteau incontournable de leur palette à desserts.

Aujourd’hui on l’agrémente d’un glaçage onctueux au creamcheese, qui apporte une fraîcheur et un petit goût salé délicieux.

Habituellement je réalise le carott cake en grande pièce, en forme de cake.

Mais cette fois-ci j’ai voulu allier cette saveur incontournable au kitsh des fairy-cake anglais, petits gâteaux des années 50, cousins germains des célèbres cupcakes américains. Les anglais les appellent fairy cake, car ils ressemblent à des gâteaux de fées, je trouve cette appellation beaucoup plus mignonne que celle de « cupcake », bien plus plus terre à terre.

2

Ainsi, voici une recette british à souhait !

Temps de préparation: 20 min + 50 min de cuisson + 5 min de déco : 1 h 15 minutes.

Budget: 5 euros.

Ingrédients pour 10 fairy carott cakes:

Pour le gâteau:

  • 2 oeufs bio
  • 120g de farine de riz ou de blé
  • 1/3 cuillère à café (cac) de sel
  • 100g de sucre blond
  • 2/3 de sachet de levure chimique ou une cuillère de bicarbonate alimentaire
  • 1 grosse poignée de noix décortiquées et cassées en gros morceaux
  • 150g de carottes bio
  • 7cl d’huile d’olive et/ou de tournesol
  • 1 cac non bombée de cannelle
  • 1 pincée de noix de muscade rapée
  • 1 pincée de 4 épices

Pour le glaçage:

  • 150g de fromage blanc végétal de soja
  • 3 cuillères à soupe de crème d’amande
  • 1 cuillères à soupe de sucre glace tamisé
  • 1 cac de jus de citron bio
  • 1 poche à douille serait idéale (pour faire une jolie décoration façon fairycakes).

Préchauffez votre four à 180°C (Thermostat 6).

Hachez les carottes pour avoir l’apparence des carottes rapées.

Mélangez dans un petit saladier : farine + levure ou bicarbonate + sel + épices.

Dans un plus grand bol faîtes mousser les oeufs et le sucre.
Rajoutez dans le mix 2 cuillérées à soupe d’eau chaude et l’huile.

En plusieurs fois, incorporez au mélange liquide le bol de farine, les noix et les carottes.

L’appareil est fin prêt ! Il n’y a plus qu’à le verser dans vos petits moules à cupcakes ou à muffins.

CONSEILS: Si vous prévoyez un petit moule avec en plus une petite caissette à cupcake, ou des moules en silicone: pas besoin de beurrer le moule. Par contre, beurrez et farinez (légèrement) si les moules sont en acier, car cela risquerait d’accrocher !
Enfournez pendant 15 minutes. Vous saurez qu’ils sont bien cuit si vous plantez la pointe d’un couteau à l’intérieur et qu’elle en ressort presque sèche!

Démoulez et laissez refroidir complètement vos petits gâteaux.

Préparez ensuite votre glaçace en mélangeant simplement sucre glace, fromage, crème et citron.

Mettez en poche à douille votre glaçage et décorez votre fairy carott cake, ou à défaut tartinez généreusement à l’aide d’une cuillère.

Ces jolis petits gâteaux se mangent à toutes heures et se conservent très bien au réfrigérateur quelques jours !


3

Velouté de chou rouge.

velouté

Parmi toutes les variétés de choux que l’on récolte, le chou rouge est selon moi (à égalité avec le chou romanesco ) le plus beau des choux.

Et en plus d’être au top de la beauté il est aussi un allié santé, étant le chou possédant le plus d’agents antioxydants et d’apports en Fer et vitamines C.

On le prépare souvent en salade avec une vinaigrette, parfois en confit, mais un chou rouge en soupe est un plat original, beau, facile, pas cher et délicieux.

Voici donc ma version de velouté de chou rouge.

vel2

Ingrédients pour 2 personnes:

Temps de préparation : 1 heure.

Budget : 5euros.

  • 1 quart d’un gros chou rouge
  • 1 oignon jaune
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 verres de bouillon de légumes 
  • 4 cuillères à soupe de crème végétale (soja ou amande) 
  • Besoin d’un mixeur plongeant ou d’un blender

Lavez, essorez et émincez les feuilles de chou rouge.

Emincez l’oignon.

Dans une petite cocotte ou un fait-tout, faîtes dorer les oignons avec 2 cuillères à soupe d’huile, puis incorporez à feu moyen le chou. Rajoutez l’huile.

Recouvrez avec le bouillon.

Mitonnez en remuant régulièrement pendant 30 minutes. Salez, poivrez.

Réservez pendant 10 minutes le temps que ça refroidisse un peu.

Mixez très finement la moitié du chou et de son jus.

Répétez l’opération avec le reste.

Réchauffez le tout dans la cocotte, réajustez l’assaisonnement, puis servez avec une petite cuillère de crème.

Tarte rustique potimarron & épices.

tarte1

Outre les choux rois de l’automne, les cucurbitacées sont les reines de nos soirées.

Parmi elles, le si commun potimarron peut offrir des idées de recettes pas si communes !

Pourquoi pas une tarte pour accueillir cette courge aux saveurs de châtaignes ?

On ajoutera des épices comme de la cannelle et du gingembre, pour relever cette douceur de goût, apporter du peps.

Une jolie couleur orange, une texture nouvelle et un goût unique, cette tarte sera originale et parfaite sur vos tables de brunch par exemple.

Un petit détour sur les qualités du potimarron :

La Curcubita Maxima tout le monde le sait est riche en fer, calcium, magnésium, phosphore, … Et parmi toutes les vitamines qu’elle abrite, elle contient entre autre énormément de vitamines A, car sa teneur en carotène (pro-vitamine A) est deux fois plus forte que dans les carottes ! Cela fait du potimarron un aliment de prédilection pour la beauté du teint et la santé de la peau ! Un teint idéal pour les fêtes de fin d’année !

Tous les gourmets de courges outre un teint parfait pourront réaliser cette tarte crémeuse et épicée très facilement.

Temps de préparation : 1 heure 10min.

tarte2

Ingrédients :

Budget: 8 euros.

  • 1 petit potimarron bio
  • 110g de sucre de canne
  • 1 cuillère à café (cac) non bombée de sel
  • 1 cac bombée de cannelle
  • 1 cac bombée de gingembre frais râpé
  • 100g de lait concentré sucré
  • 4 œufs bio
  • 1 pâte brisée (recette non publiée, choisissez celle de votre maman, de votre livre préféré ou postez un commentaire en bas de la page, je vous donnerai la mienne volontiers !)

Tout d’abord, préparez la purée de potimarron.

Pour ce faire, coupez en morceaux le potimarron, de tailles égales. Plus ils sont petits, plus ils cuiront vite.

Cuisez les dans l’eau, pendant environ 20 minutes, jusqu’à pouvoir planter la lame d’un couteau.

Mixez les morceaux, passez au tamis pour avoir une fine purée.

Préchauffez le four à 210°C, beurrez le moule et tapissez soigneusement de papier cuisson.

Déposez-y votre pâte brisée maison de préférence, tapissez à nouveau de papier cuisson et placez des pois de cuisson pour que la pâte dans le four cuise mais ne gonfle pas. Enfournez 10 minutes. Puis, retirez les pois et le papier, remettez au four pendant 3 à 5 minutes. Puis laissez refroidir à l’air libre. Réduisez la température du four à 180°C.

Pendant que la pâte cuit, mélangez ensemble tous les ingrédients dans un saladier.

Versez ce mélange homogène sur la pâte à tarte, et placez au four pendant 40/45 minutes ou jusqu’à ce que la pointe de votre couteau en ressorte propre.

Laissez refroidir, démoulez, servez avec une tasse de thé Darjeeling ou un thé de Noël aux épices.