Cookies Gingembre – graines de lin – chocolat noir

6

 

Récemment je me suis offert un super cadeau : un extracteur de jus ! Comme le principe d’une centrifugeuse mais l’hélice qui broie les fruits ou les grains fonctionne à une vitesse si lente qu’elle permet de garder tous les enzymes & vitamines en ne les chauffant pas.

Bref, depuis lors je ne jure que par le jus de pomme matinal, celui à la betterave pour sa couleur & encore pour le jus carotte pomme céleri des dimanches detox !

La semaine dernière j’ai essayé le gingembre ! Rhizome très fibreux mais qui a dégagé un jus super poivré & piquant. Certains l’aiment en cocktail avec du rhum, moi j’ai eu l’idée de cookies, en remplaçant le blanc d’oeuf par du jus de gingembre 🙂

5

Si vous n’arrivez pas à vous procurer du jus de gingembre, faîtes infuser très longuement du gingembre avec de l’eau.

 

Ingrédients :4

2 + 1/4 de mug de farine

3/4 de mug de beurre demi sel mou mais pas fondu

40g de jus de gingembre

2 jaunes d’oeufs

1 mug de sucre blond

1 cac de  bicarbonate

1 + 1/2 cac de  fécule

1 plaquette de chocolat noir 70%

4 cuillères à soupe de graines de lin

 

 

 

Découpez en morceaux le chocolat (faire environ 4 morceaux par carré de chocolat).

Dans un petit saladier mélangez farine – fécule – bicarbonate – chocolat.

Dans un autre plus grand saladier blanchissez votre sucre avec les jaunes d’oeufs.

Ajoutez le jus, les graines & le beurre. Battez, puis incorporez le mixe du petit saladier. Au début vous allez trouver le mélange sec mais au fur et à mesure tout va bien s’amalgamer.

Formez des boudins, enroulez les dans du papier film & placez au frais pendant au moins 1  bonne heure.

Vous n’aurez plus qu’à découper (environ 1cm d’épaisseur) et cuire 11 minutes à 175°C,oas plus, pas moins !

 

 

 

 

Tarte mûre & citron

tartemure

Le lemon curd, vous connaissez ? C’est très tendance ces temps-ci & je comprend, car c’est génialement bon ! Une belle crème onctueuse citronnée & sucrée ! Cette douceur de citron, ou même « lemon butter » est née en Angleterre au 19ème siècle, lorsque l’aristocratie à l’heure du thé commença à servir cette crème pour accompagner les scones, habituellement dégustés avec de la confiture.

Plus récemment les gourmets ont réapprivoisé cette friandise citronnée & elle est souvent glissée au fond d’une tarte puis garnie de meringue. Sans oublier les verrines, où le lemon curd se marie à ravir avec glaces, fromages blancs, coulis etc.

Pour ma part j’ai choisi de l’associer en tarte avec la mûre sauvage, fruit de fin d’été, au goût sucré & riche en vitamine C.

tarte3

Budget : Moyen (mais vous feriez mieux de récolter les mûres à la campagne 🙂 )

Temps : 2 heures.

Ingrédients :

  1. Pour la pâte brisée sucrée :
  • 200g de farine de riz
  • 110g de beurre demi-sel mou
  • 1 cas de sucre de canne
     2. Pour le lemon curd :
  • 3 oeufs entiers
  • 3 jaunes d’oeuf
  • le jus et le zeste de 3 citrons bio
  • 120g de sucre de canne
  • 90g de beurre
     3. Plein de mûres pour le dessus.

La pâte : Dans un saladier mélangez le beurre très mou (pommade) avec la farine & le sucre. A l’aide d’un petit peu d’eau, formez une boule et réservez au frais emballée dans un papier film puis ressortez au bout d’une heure.

Le lemon curd : Dans une casserole et sur un bain marie mélangez les oeufs, les jus de citrons & leurs zestes, le sucre. Puis ajoutez le beurre en petits morceaux. Fouettez constamment jusqu’à ce que le mélange épaississe et puisse napper le dos de la cuillère. Surtout ne continuez pas la cuisson trop longtemps car la crème sera trop consistante et élastique. Retirez du feu et remuez jusqu’à ce que le mélange tiédisse, enfin, réservez au frais.

Allumez votre four à 180°.

Une fois la pâte ressortie & refroidie pendant minimum 30 minutes, abaissez la aux dimensions de votre moule à tarte. Placez et foncez la (beurré + papier cuisson pour moi) piquez à la fourchette puis déposez sur le fond un rond de papier sulfurisé avec des pois de cuisson, afin de cuire à blanc votre tarte. Enfournez pour 15 minutes, puis retirer les pois et prolongez la cuisson pour encore 15 voir 20 minutes, histoire d’avoir une pâte à tarte cuite et dorée.

Laissez reposer 20 minutes puis garnissez de lemon curd & de mûres.

PS: j’ai passé mes mûres sauvages au congélateur, pour une sensation super fraîche dans la bouche !

tartemure2

Veggie wraps !

Butternut- boulgour – chèvre frais – roquette – noisette.

1

Voici une jolie recette de wrap végétarien, originale, colorée et de saison !

La saison des courges touchant à sa fin, je voulais une dernière fois utiliser une cucurbitacée !

Nous avons croisé le potimarron,  la citrouille mais je ne vous ai pas offert de recette avec la célèbre courge butternut.

Cette variété de courge à la forme d’une poire, beige-dorée, est exquise en velouté, son doux goût de potimarron, de beurre et de pomme de terre se marie aussi bien rôti qu’en pâtisserie !

Aujourd’hui la voici rissolée en petits cubes dans de l’huile d’olive!

Niveau apports santé la réputation de la courge est déjà faîte, inutile de vous répéter ses vertus vitaminées et antioxydantes dues en parti au béta-carotène.

De plus, la richesse de la courge d’hiver en potassium lui confère des vertus intéressantes au niveau cardio-vasculaire; une alimentation riche en potassium possédant des effets hypotenseurs reconnus.

Pour finir, elle est une excellente source de vitamine A qui est l’une des vitamines les plus polyvalentes, collaborant à plusieurs fonctions de l’organisme. Entre autres, elle contribue à la croissance des os et des dents, maintient la peau en santé et protège contre les infections. De plus, elle joue un rôle antioxydant et favorise une bonne vision, particulièrement dans l’obscurité.

J’ai associé le butternut au boulgour, qui est un dérivé de blé à qui à été enlevé la particule de son qui enveloppait le grain à l’origine. C’est une céréale très utilisée au Moyen Orient. Elle a un index glycémique peu élevé grâce à ses fibres. Le boulgour est donc conseillé aux personnes en surpoids ou diabétiques mais par contre et contrairement à mon habitude, cette recette comprend du blé donc du gluten, donc les personnes coeliaques ou intolérantes au gluten pourront remplacer le boulgour par du QUINOA !!

Le butternut allié au boulgour va former l’apport nutritionnel essentiel du wrap: céréale + légume.

On va y ajouter des feuilles de roquette au goût poivré, du fromage de chèvre pour la fraîcheur et la douceur et aussi quelques noisettes !

2

Cette recette sent le printemps ! Place aux ingrédients !

3

Ingrédients pour 4 personnes :

  • 4 tortilla mexicaines au blé (type kit pour burritos)
  • 1/2 butternut
  • 1 verre de boulgour
  • 1 chèvre frais type Petit billy
  • 1 cuillère à soupe de crème fraiche épaisse
  • 2 belles poignées de roquette fraiche
  • 2 poignées de noisettes décortiquées
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive

Temps de préparation: 30 minutes.

Budget: 10 euros.

Lavez votre demi butternut, coupez le en gros morceaux puis plongez les dans de l’eau bouillante salée pendant 5 minutes.

Pendant ce temps, plongez parallèlement le boulgour dans un volume bouillant de 2 verres d’eau. La cuisson de boulgour c’est 1 volume de boulgour pour 2 volumes d’eau. Attendez 7 minutes puis égouttez le.

Une fois le butternut cuit, coupez le en petits dés et faîtes les revenir dans une poêle chaude avec l’huile d’olive, du sel et du poivre. Au bout de 5 minutes rajoutez le boulgour et faîtes cuire et se mélanger les deux ingrédients. Votre base est prête. Réservez à température ambiante.

Mélangez la crème et le chèvre d’un côté, la roquette avec de l’huile d’olive, sel et poivre de l’autre.

On passe au dressage !

Sur une planche, placez au milieu de vos tortillas la roquette, le fromage frais par petites touches, le mélange butternut/boulgour, puis pour finir quelques noisettes pour ajouter du croquant.

Comme ceci:

4

Roulez alors les wraps de manière à bien serrer la garniture.

Coupez les wraps végétariens en 3.

C’est prêt!

5
6

Gâteau veggie au boulgour, pesto de fanes de carottes, pignons, noisettes.

1
2

Hier au marché j’ai acheté à mon petit maraîcher bio une jolie botte de carottes nouvelles et ses fanes sentaient tellement bons et étaient d’un vert si tendre que je ne pouvais les laisser de côté.

Ainsi m’est venue l’idée d’un pesto de fanes de carottes.

Le pesto est une sauce-condiment datant du 19ème siècle. En dialecte génois, pesto se prononce « péstou »(participe passé du verbe génois pestâ, piler), le « o » se prononçant comme le « ou » français.

Cette ancienne recette est composée de basilic, de pignons de pin, d’ail et de parmesan pilés ensemble dans un mortier puis liés à l’huile d’olive et à l’eau de cuisson d’un bouillon, que l’on veut aromatiser pour des pâtes ou des minestrones.

C’est avec le temps que cette sauce a été ajoutée aux pizze et carpaccio.

Avec l’arrivée des Gênois à Marseille et à Nice à partir de 1850, le pesto s’est fait un cousin provençal : le PISTOU, généralement préparé sans pignons. Il constitue l’ingrédient essentiel de la soupe au pistou.

Il existe de nombreuses autres variétés de pesto comme le pesto rosso (à la tomate fraîche ou sèche, appelé aussi portofino), le pesto d’hiver (où le basilic est remplacé par des épinards). Il existe aussi du pesto avec d’autres plantes plus inhabituelles, comme la menthe et… les fanes de carottes !

3
4
5

Voici la recette d’un gâteau végétarien salé à base de boulgour qui est un dérivé concassé du blé dur préhistorique.

Il est à éviter pour les personnes souffrant de maladie coeliaque. Pour les autres, le boulgour est une graine à inscrire dans vos habitudes car le boulgour présente un bon apport en fibres, protéines et a un index glycémique très bas. Il deviendra le compagnon idéal de celles et ceux qui veulent surveiller leur ligne mais qui adorent la semoule!

On le retrouve beaucoup dans la cuisine du bassin méditerranéen comme en Egypte et en Grèce.

Dans ce gâteau vous retrouvez aussi du chèvre frais et de la noix de muscade.

Pour voir tous les ingrédients c’est par ici ! –>

6
7

Gâteau végétarien pour 4 personnes.

Temps de préparation: 30 minutes.

Temps de cuisson:: 1 heure.

Niveau : facile.

Budget:: 10 euros.

Ingrédients:

  • Pour le pesto:
  • 1 poignée de noisettes décortiquées
  • 1 poignée de pignons de pin
  • 1 gousse d’ail
  • 3 poignées de fanes de carottes
  • 6 cuillères à soupe d’huile d’olive (au basilic si possible.)
  • 3 cuillères à soupe de parmesan
  • Pour le gâteau
  • 1 litre de lait demi-écrémé
  • 160g de boulgour (bio svp car le blé est vraiment l’un des céréales le plus atteint « pesticidement » parlant)
  • 1 cube de bouillon de légumes
  • 3 oeufs fouettés en omelette
  • 1 brique de chèvre
  • 1 demi cuillère à café de noix de muscade et de sel et de poivre.

8

  • Allumez votre four à 210 degrés et beurrez + tapissez de papier cuisson un moule rond pas trop grand.Rincez, triez et ôtez les tiges des fanes de carottes puis mixez les avec l’huile, les noisettes, les pignons, le parmesan et l’ail écrasé !

    Réservez au frais.

    Faîtes chauffez dans une grande casserole le lait avec le bouillon cube. A frémissement versez le boulgour et mélangez. Laissez gonfler à couvert et enfin rajoutez le chèvre coupé en dés, les oeufs et les condiments

    Versez cette préparation dans le moule et enfournez pour 1 heure environ ! Démoulez délicatement à l’envers sur une assiette, n’hésitez pas à attendre un peu.

    Avant de passer à table tapissez le haut du gâteau de pesto de fanes et de quelques noisettes & pignons pour la décoration !

    9

    Bon appétit !

Palets aux carottes – cumin & noisettes.

1

Voici une petite recette facile & originale pour des déjeuners végétariens et sans gluten sur le pouce !

J’aime l’idée de petites portions qu’on peut emmener et manger un peu partout, en balade, au travail ou même chez soi, allongé dans son jardin !

J’aime aussi utiliser les produits en fonction de leur saisonnalité, mais je trouve intéressant de trouver des idées de plats intemporels, qu’on peut faire à presque chaque période de l’année. Cette recette en est un exemple parfait !

En effet, on trouve la carotte tout au long de l’année ! Ses variétés changent, mais la carotte en elle-même reste !

En avril arrivent les premières carottes nouvelles, rondes ou un peu allongées, cultivées en serres chauffées et vendues en botilllons avec les fanes. Ce sont soit les « grelots », tendres, sucrés et parfumés, soit la variété « Bellot », dont les carottes sont un peu moins fines. De mai à juin, viennent les carottes du type « nantaise », longues ou demi-longues, croquantes, cultivées sous châssis. Puis, de juin à octobre, arrivent les carottes longues ou mi-longues, cultivées en pleine terre, très bonnes si elles sont fraîchement cueillies. Enfin d’octobre à mars, on trouve les carottes d’hiver, longues et parfois grosses, de saveur moyenne, conservées en terre ou en chambre froide.

Mini historique:

La carotte est à la fois le nom de la plante potagère et celui de la racine que l’on consomme crue ou cuite. Elle serait originaire d’Asie Mineure, où elle poussait déjà à l’état sauvage il y a plus de 2 000 ans!

Les Grecs et les Romains reconnaissaient à la carotte une valeur thérapeutique (notamment pour l’acuité visuelle), mais ils ne l’appréciaient guère comme légume.

Jusqu’à la Renaissance, la carotte sauvage a une couleur blanchâtre, une peau assez coriace et un coeur fibreux. Elle n’apparaît jamais, comme toutes les « raves » (plantes cultivées pour leurs racines charnues comestibles), parmi les aliments nobles. Cependant, dès le Moyen Age elle devient un légume très consommé, comme le panais, car peu coûteux!

La carotte fut améliorée peu à peu, et des espèces cultivées furent vendues sur les marchés. Sa couleur orangée ne date que du milieu du 19ème siècle.

2

Nous voilà donc lancés dans une recette végétarienne !

Pour bien commencer, je vais vous présenter en quelques mots les fondements du plat végétarien, c’est à dire ce qu’on doit retrouver dans un plat de ce type pour une alimentation saine et équilibrée.

Il nous faut:

  • Des fruits et légumes crus.
  • Des protéines végétales, comme les céréales ou les légumineuses.

Les céréales contiennent des protéines mais la lysine, un acide aminé essentiel, leur fait défaut. C’est pourquoi on les associe aux légumineuses (lentilles, haricots blancs, rouges, noirs, pois chiche, pois cassés, fèves, soja) qui elles contiennent la fameuse lysine. Cela permet donc une meilleure assimilation des protéines complètes et accroit jusqu’à 50% la valeur des protéines absorbées. Quelle dose ? par exemple 150gr de céréale pour 50 gr de légumineuse. Saviez-vous que les pois chiches contiennent 7 fois plus de fer que le poulet et que les haricots renferment plus de phosphore que le poisson ?

  • Des graines oléagineuses + des fruits secs (amandes, noisettes, pistaches, noix de cajou, sésame, tournesol, pépins de courge…et raisins secs, figues, dattes, ananas, pruneaux…) pour des protéines complètes.
  • Des glucides de qualité.

Il s’agit ici de ne consommer que des aliments non raffinés, qui contiennent donc encore des minéraux pour permettre leur assimilation. Des sucres complets ou intégraux (Muscovado, Rapadura, sucre de canne complet, sucre de fleur de coco, sirop d’agave, de riz ou d’orge, sucre de fruits comme le poiret, sucre de dattes…), des céréales semi complètes (farine T80 pour le pain) donc pâtes et riz semi complets.

  • Des lipides de qualité.

N’hésitez pas à mélanger les huiles ! Olive, tournesol, lin, noix.. elles ont toutes des omégas différents !

  • Des épices.

En plus d’apporter couleur et goût à vos préparations, les épices aident à accélérer la digestion!

Voilà pour le topos ! Maintenant, voici la liste des ingrédients pour la recette, tous ayant une raison d’être !

3

Ingrédients pour environ 15 palets:

  • 100 g de farine de riz –> glucides
  • 50 g de flocons de pois cassés –>légumineuses
  • 2 carottes, ici des carottes d’hiver!
  • 1 cuillère à café bombée de cumin en poudre –>épice
  • 30 g de parmesan en morceaux
  • 1 poignée de noisettes entières décortiquées –> fruit sec
  • 1 poignée de noisettes en morceaux
  • 10 ml d’huile d’olive –> oméga 9
  • 10 ml d’huile de tournesol –> oméga 6
  • sel et poivre

NB.:Cette recette constitue une idée d’accompagnement ou un apéritif mais n’est pas un plat entier, c’est pourquoi on ne retrouve pas de légumes ou fruits crus.

Pour un déjeuner, accompagnez ces palets d’une salade verte ou d’une salade de tomates et d’un oeuf au plat par exemple!

La farine de riz et les flocons de pois chiche ne comportent pas de gluten ainsi l’assimilation dans l’organisme et la digestion seront plus aisés et vous ne risquerez pas d’être balloné si vous en mangez un peu trop!

La carotte, la noisette et le cumin sont une combinaison qui marche du tonnerre ! Vous verrez !

4

Temps de préparation: 1 heure (dont 30 minutes au frais).

Budget: 6 euros

Consignes:

Pelez et râpez les carottes. Placez-les dans un mixeur avec les autres ingrédients excepté les noisettes entières. Mixez jusqu’à obtenir une pâte homogène et épaisse.

Roulez la pâte en un long boudin d’environ 2 – 3 cm de hauteur.

Réservez la pâte au réfrigérateur au minimum 30 min pour qu’elle puisse se raffermir et développer ses arômes.

Préchauffez le four th. 6 (180°C). Chaleur tournante de préférence.

Sortez le boudin et sur un plan fariné, tranchez le en rondelles de 1 cm d’épaisseur.

Placez les rondelles sur une tôle à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé ou dans des mini moules en silicones. Disposez une noisette sur chaque palet.

Enfournez et laissez cuire une quinzaine de minutes. La noisette va se torréfier pendant la cuisson.

Laissez refroidir sur une grille, les palets durciront en séchant mais le cœur du biscuit restera moelleux. Ces biscuits se conservent un petite semaine.

5

Bouillon de noix de St Jacques, citron vert, coriandre.

soupe1

C’est si bon les coquilles St Jacques ! Elles sont délicates, savoureuses et si vous suivez ma recette, elles feront une jolie et parfaite entrée pour votre repas de Noël !

Cette entrée est facile à réaliser, ses saveurs sont originales et font en général l’unanimité autour de la table.

Le saviez-vous ? La saison de la St Jacques dure environ 7 mois, d’octobre à mi-mai. On est en plein dedans ! La principale région de pêche est la Normandie, qui détient 2 labels rouges, un pour la coquille et l’autre pour la noix.

Avant de vous proposer ma recette, voici quelques conseils pour bien choisir ses coquilles St Jacques :

•Chez votre poissonnier, veillez bien à ce que la St jacques porte le nom latin de Pecten maximus, car autrement, d’autres mollusques comme les pétoncles ou les vanneaux se glissent sous l’appellation noix de St Jacques, et bien qu’ils ne soient pas mauvais, ils n’ont rien à voir avec la saveur de la vraie noix de St Jacques. Donc : be careful !

•Choisissez la vivante. Et si elle est ouverte, touchez la : elle doit se refermer immédiatement.

•Vous pouvez conserver les coquilles St Jacques fraîches entières, idéalement à plat, au réfrigérateur pendant 3 jours au maximum. Si vous avez acheté des noix décoquillées conservez-les dans un plat en verre couvert d’un film alimentaire pendant 2 jours maxi.

•Par souci d’économie, ou parce que vous n’allez pas au marché ou que vous voudriez faire cette recette en été, vous pouvez tout à fait acheter des coquilles St Jacques surgelées. Il y en a de bonne qualité chez la marque de surgelés Picard. Dans ce cas-là, faîtes les décongeler dans du lait 3 heures avant de les cuisiner et elles seront aussi moelleuses que des noix fraîches.

Voilà pour les petits conseils, maintenant, place à la recette !
Temps de préparation : 25 minutes.

Budget: dépend si vous avez choisi des coquilles fraiches ou surgelées, mais vu que les autres ingrédients ne sont vraiment pas cher du tout.. c’est un budget très bon marché.

soupe2

Ingrédients pour 4 personnes :

•12 petites noix de St Jacques

•2 cubes de bouillon de poule

•1 citron vert

•2 grosses cuillères à soupe de coriandre fraîche hachée

•1/2 cuillère à café (cac) de sucre blond

•1/2 cac de piment doux

•1/2 cac de sel

•1/2 cac de poivre blanc moulu

Faîtes chauffer 1 litre d’eau dans une casserole, portez à frémissement et diluez les cubes avec un fouet. Ajoutez les épices et baissez le feu.

Découpez le citron vert en 8 rondelles. Ajoutez les au bouillon et laissez infuser pendant 10 minutes à feu doux. Ravivez le feu et ajoutez les noix, toutes en même temps afin de ne pas en sur cuire ou « sous cuire » certaines. Cuisez les rapidement pendant 3 minutes.

Sortez les noix et réservez-les dans une assiette. Versez le bouillon dans 4 petits bols, déposez-y les noix et saupoudrez de coriandre hachée et posez une rondelle de citron vert en décoration.

C’est prêt !

Variante : vous pouvez aussi décider de réaliser cette recette en plat principal, en rajoutant 2 St jacques par personne et cuisiner un risotto au jus de St Jacques, corail, coriandre et zeste de citron vert!

soupe3
soupe4

Gâteau d’hiver. Citrouille, chocolat, noix & matcha.

1

J’avais en tête l’idée moussue de la forêt en hiver, cette mousse verte imperturbable à tous les temps. Ce tapis doux, fragile, moelleux mais fort à la fois, invincible on dirait. Mon gâteau est un peu comme ça, robuste d’apparence, étrangement attirant, et moelleux à la dégustation !

Le matcha s’utilise en toutes saisons, et pourquoi ne pas l’allier à la citrouille de mon jardin, cette courge des contes de fées ? Un petit peu de chocolat pour la gourmandise et le crumble aux noix pour le croquant…

C’est en 2014 que j’ai véritablement appris à cuisiner et à aimer le thé matcha, c’est en 2015 que je le cuisinerai ici pour la première fois.

Mais qu’est-ce que c’est ?

Le thé matcha est japonais, il est d’une couleur verte éclatante, et est moulu en une fine poudre entre deux pierres. Pour obtenir cette sorte de thé, quelques semaines avant la récolte, les buissons de thé sont couverts et protégés de la lumière directe du soleil. Ainsi la feuille pour réaliser sa photosynthèse va surproduire de la chlorophylle et puiser dans le sol tous les oligo-éléments dont elle a besoin (d’où sa couleur verte !). Puis, les feuilles fraiches sont enroulées avant d’être séchées et dépliées par la suite. Elles vont alors s’émietter et donner du « Tencha ». Le Tencha moulu en une fine poudre sera enfin appelé Matcha.

Le thé matcha se prépare traditionnellement sous forme de boisson de thé. Il est d’abord tamisé dans une écope en bambou puis on ajoute une petite quantité d’eau bouillante. Cette mixture est alors fouettée énergiquement au moyen d’un fouet traditionnel en bambou, jusqu’à l’obtention d’une texture mousseuse !

Aujourd’hui le thé matcha est utilisé dans les sucreries japonaises, comme boisson mélangé à du lait de soja, comme arôme pour parfumer les chocolats, les gâteaux et même les crèmes glacées.

La saveur du thé matcha est affectée par ses acides aminés, elle rappelle le chocolat noir, les algues, voir même les épinards et les pointes d’asperges vertes !

Petit topo sur les vertus du thé matcha :

Les vitamines B sont très présentes, la B1 entretiendrait le système nerveux, le cœur et l’appareil digestif. La B3 aurait une action générale sur les tissus et renforcerait avec la B11 le métabolisme lipidique de l’organisme. La B5 serait nécessaire au bon état de la peau, des muqueuses et des cheveux. Il y a aussi des vitamines A, C et P, cette dernière serait très importante pour la résistance de la peau, les cheveux et renforcerait les tissus sanguins.

Outre les vitamines, le matcha est riche en chlorophylle, en fluor, en polioses (qui abaisseraient la glycémie et aideraient au traitement du diabète) ou encore en flavonols, anti-oxydants par excellence qui renforceraient les parois vasculaires et augmenteraient l’élasticité des vaisseaux sanguins… bref, buvez & mangez Matcha !

Bon, maintenant, place à la recette !

2

Le gâteau est volontairement à la limite du salé et du sucré. « Pourquoi pas en entrée !? » diront les moins frileux. Mais en dessert, ou à l’heure du goûter avec une tasse de thé au gingembre par exemple, il est parfait.

3

Temps de préparation : 1 heure + 1 heure 15 de cuisson + 3 heures au frais.

Ingrédients :

Quelques carrés de chocolat noir.

Le crumble :

  • 66g de farine de riz
  • 30g de sucre blond
  • ¼ cuillère à café (cac) de sel fin
  • 4 cac de thé Matcha
  • 3 poignées de morceaux de noix (faire 4 morceaux par cerneau environ).
  • 6 cuillères à soupe (cas) de beurre fondu

Le cake :

Ingrédients SECS :

  • 130g de farine de riz
  • 95g de farine de blé

(Vous pouvez tout faire avec de la farine de blé mais la farine de riz rendra le gâteau plus léger et plus digeste)

  • 150g de sucre blond
  • 1 cac de sel fin
  • 1 + ½ de bicarbonate
  • ½ cac de vanille en poudre
  • ½ cac de cannelle
  • 1 cac de gingembre frais râpé

Ingrédients HUMIDES :

  • 1 bol de morceaux de citrouille cuits + 10g de beurre + mélange 4 épices
  • 2 œufs à température ambiante
  • 62ml d’huile d’olive
  • 60g de beurre doux très mou
  • 3 cas de fromage blanc épais
    Le glaçage :
  • 150g de St Môret
  • 1 cac de sucre glace
  • Quelques gouttes de jus de citron vert
    Consignes :
    Thermostat 6 (180°C), chaleur statique.

    Pour le crumble :

    Mélangez tous les ingrédients avec le beurre fondu. Si vous n’arrivez pas à avoir la consistance « miette » du crumble, rajoutez un peu de farine. Placez le crumble au frais pendant que vous vous occuperez du cake.

    Pour le cake :

    Tout d’abord, après avoir cuit votre citrouille, placez les morceaux dans une poêle chaude avec du beurre, saupoudrez légèrement de sucre blond et de mélange 4 épices. Faîtes rôtir les morceaux 3 minutes, puis dans un bol, écrasez-les grossièrement à la fourchette.

    Dans un saladier, faîtes mousser le sucre avec les œufs. Ajoutez la courge et le reste des ingrédients « humides », mélangez, puis ajoutez les ingrédients « secs ».

    Beurrez et tapissez de papier cuisson un moule à cake, versez-y le mélange, tapissez de grosses miettes de crumble le dessus du gâteau.

    Enfournez pendant 25 minutes. Au bout de ce temps, placez sur le cake une feuille de papier aluminium, pour que le dessus du gâteau ne brunisse pas trop. Continuez la cuisson pour encore 45 minutes, en réduisant à 170°C.

    C’est cuit ? Laissez refroidir le cake pendant au moins 2 heures.

    Une fois bien refroidi, tranchez soigneusement le gâteau dans sa longueur du milieu, en prenant soin de ne pas abîmer la partie crumble.

    4

    Pour le glaçage :

    Mélangez alors le St Môret, le sucre glace et le citron, et tartinez la partie inférieure du cake. Ajoutez les morceaux de chocolat noir. De taille égales. Replacez la partie supérieure.

    Placez au frais, dégustez.

    PS:Il est encore meilleur le lendemain !

    5

Tarte rustique potimarron & épices.

tarte1

Outre les choux rois de l’automne, les cucurbitacées sont les reines de nos soirées.

Parmi elles, le si commun potimarron peut offrir des idées de recettes pas si communes !

Pourquoi pas une tarte pour accueillir cette courge aux saveurs de châtaignes ?

On ajoutera des épices comme de la cannelle et du gingembre, pour relever cette douceur de goût, apporter du peps.

Une jolie couleur orange, une texture nouvelle et un goût unique, cette tarte sera originale et parfaite sur vos tables de brunch par exemple.

Un petit détour sur les qualités du potimarron :

La Curcubita Maxima tout le monde le sait est riche en fer, calcium, magnésium, phosphore, … Et parmi toutes les vitamines qu’elle abrite, elle contient entre autre énormément de vitamines A, car sa teneur en carotène (pro-vitamine A) est deux fois plus forte que dans les carottes ! Cela fait du potimarron un aliment de prédilection pour la beauté du teint et la santé de la peau ! Un teint idéal pour les fêtes de fin d’année !

Tous les gourmets de courges outre un teint parfait pourront réaliser cette tarte crémeuse et épicée très facilement.

Temps de préparation : 1 heure 10min.

tarte2

Ingrédients :

Budget: 8 euros.

  • 1 petit potimarron bio
  • 110g de sucre de canne
  • 1 cuillère à café (cac) non bombée de sel
  • 1 cac bombée de cannelle
  • 1 cac bombée de gingembre frais râpé
  • 100g de lait concentré sucré
  • 4 œufs bio
  • 1 pâte brisée (recette non publiée, choisissez celle de votre maman, de votre livre préféré ou postez un commentaire en bas de la page, je vous donnerai la mienne volontiers !)

Tout d’abord, préparez la purée de potimarron.

Pour ce faire, coupez en morceaux le potimarron, de tailles égales. Plus ils sont petits, plus ils cuiront vite.

Cuisez les dans l’eau, pendant environ 20 minutes, jusqu’à pouvoir planter la lame d’un couteau.

Mixez les morceaux, passez au tamis pour avoir une fine purée.

Préchauffez le four à 210°C, beurrez le moule et tapissez soigneusement de papier cuisson.

Déposez-y votre pâte brisée maison de préférence, tapissez à nouveau de papier cuisson et placez des pois de cuisson pour que la pâte dans le four cuise mais ne gonfle pas. Enfournez 10 minutes. Puis, retirez les pois et le papier, remettez au four pendant 3 à 5 minutes. Puis laissez refroidir à l’air libre. Réduisez la température du four à 180°C.

Pendant que la pâte cuit, mélangez ensemble tous les ingrédients dans un saladier.

Versez ce mélange homogène sur la pâte à tarte, et placez au four pendant 40/45 minutes ou jusqu’à ce que la pointe de votre couteau en ressorte propre.

Laissez refroidir, démoulez, servez avec une tasse de thé Darjeeling ou un thé de Noël aux épices.