Tarte mûre & citron

tartemure

Le lemon curd, vous connaissez ? C’est très tendance ces temps-ci & je comprend, car c’est génialement bon ! Une belle crème onctueuse citronnée & sucrée ! Cette douceur de citron, ou même « lemon butter » est née en Angleterre au 19ème siècle, lorsque l’aristocratie à l’heure du thé commença à servir cette crème pour accompagner les scones, habituellement dégustés avec de la confiture.

Plus récemment les gourmets ont réapprivoisé cette friandise citronnée & elle est souvent glissée au fond d’une tarte puis garnie de meringue. Sans oublier les verrines, où le lemon curd se marie à ravir avec glaces, fromages blancs, coulis etc.

Pour ma part j’ai choisi de l’associer en tarte avec la mûre sauvage, fruit de fin d’été, au goût sucré & riche en vitamine C.

tarte3

Budget : Moyen (mais vous feriez mieux de récolter les mûres à la campagne 🙂 )

Temps : 2 heures.

Ingrédients :

  1. Pour la pâte brisée sucrée :
  • 200g de farine de riz
  • 110g de beurre demi-sel mou
  • 1 cas de sucre de canne
     2. Pour le lemon curd :
  • 3 oeufs entiers
  • 3 jaunes d’oeuf
  • le jus et le zeste de 3 citrons bio
  • 120g de sucre de canne
  • 90g de beurre
     3. Plein de mûres pour le dessus.

La pâte : Dans un saladier mélangez le beurre très mou (pommade) avec la farine & le sucre. A l’aide d’un petit peu d’eau, formez une boule et réservez au frais emballée dans un papier film puis ressortez au bout d’une heure.

Le lemon curd : Dans une casserole et sur un bain marie mélangez les oeufs, les jus de citrons & leurs zestes, le sucre. Puis ajoutez le beurre en petits morceaux. Fouettez constamment jusqu’à ce que le mélange épaississe et puisse napper le dos de la cuillère. Surtout ne continuez pas la cuisson trop longtemps car la crème sera trop consistante et élastique. Retirez du feu et remuez jusqu’à ce que le mélange tiédisse, enfin, réservez au frais.

Allumez votre four à 180°.

Une fois la pâte ressortie & refroidie pendant minimum 30 minutes, abaissez la aux dimensions de votre moule à tarte. Placez et foncez la (beurré + papier cuisson pour moi) piquez à la fourchette puis déposez sur le fond un rond de papier sulfurisé avec des pois de cuisson, afin de cuire à blanc votre tarte. Enfournez pour 15 minutes, puis retirer les pois et prolongez la cuisson pour encore 15 voir 20 minutes, histoire d’avoir une pâte à tarte cuite et dorée.

Laissez reposer 20 minutes puis garnissez de lemon curd & de mûres.

PS: j’ai passé mes mûres sauvages au congélateur, pour une sensation super fraîche dans la bouche !

tartemure2

Porridge avoine – framboises – physalis & graines de courge.

porridge

Voici un porridge facile & délicieux, pour faire le plein d’énergie pendant les vacances ou à la rentrée de septembre !

Ce porridge est sans lactose car j’utilise du lait de riz, plus léger, plus digeste et moins chargé en glucides que le lait de vache.

Le porridge est au son d’avoine, un des meilleur céréale qui soit si vous voulez être rassasié(e) le matin sans engranger trop de calories ! Le son d’avoine est en fait l’opercule du grain d’avoine, qui une fois séparée après broyage, devient ce qu’on appelle le « son » et le reste part pour devenir de la farine. Ainsi, le son d’avoine est SANS GLUTEN, le gluten étant une protéine de blé, qui se trouve dans le grain en lui-même.

Le son d’avoine est riche en protéines & en fibres et parmi ces dernières, on trouve les « béta-glycanes » qui aident à réduire le taux de cholestérol sanguin, c’est à dire la glycémie ! Les fibres forment un gel au niveau de l’estomac, emprisonnent les graisses et sucres et les conduisent directement jusqu’aux selles, les empêchant d’être assimilés par l’organisme ! Donc, moins de calories sont stockées ! Je recommande de boire un grand bol de thé ou de café pour que les fibres puissent gonfler et bien faire leur travail.

image ingrédients porridge

***** Les physalis – « amour en cage » ou encore « lanternes japonaises » sont de jolies plantes qui mûrissent en août & offrent de délicieux fruits ronds, orangés de la famille des tomates, super à croquer ou à enrober de chocolat noir ! *****

Recette :

Temps de préparation : 5 minutes.

Budget : faible.

Pour 1 personne :

Ingrédients :

  • 4 cuillères à soupe de son d’avoine bio
  • 100 ml (environ) de lait de riz
  • 1 cuillère à café de sirop d’agave
  • 1 poignée de framboises fraîches
  • Des graines de courges & quelques physalis.

Recette :

A feu moyen, verser dans une petite casserole le son d’avoine & le lait de riz. Mélangez sans cesse avec une cuillère en bois. Le mélange s’épaissit, incorporez le sirop d’agave.

Si vous voulez quelque chose de plus liquide, rajoutez un peu de lait, touillez & coupez le feu.

Déguster chaud dans un bol, avec sur le dessus des framboises, des graines de courge (pour les protéines végétales & le magnésium) et les fruits des physalis, super vitaminés !

pot dans la main


fruits

Carpaccio de tomates ensoleillées.

jolie assiette tomates

Voici un carpaccio de tomates le plus simplissime, mais si bon qu’il fallait que je le mette sur le blog, rien que pour vous y faire penser !

Pour cette recette, préférez la variété des tomates anciennes, qui offre une palette de couleurs merveilleuses. Orange, rouge, jaune, vert, même rose !

tomates de près

Pour 2 personnes :

Ingrédients : 

  • 3 tomates rouges
  • 2 tomates vertes
  • 2 tomates jaunes-oranges
  • 5 petites tomates de toutes les couleurs
  • Huile d’olive
  • Sel de Guérande
  • Basilic en fleur et feuilles.

Recette :

Coupez finement & délicatement toutes les tomates en rondelles. Les petites juste en deux. Dans un plat, versez quelques filets d’huile d’olive & saupoudrez de sel. Faîtes en sorte que chaque face de chaque tomate soit embaumée.

Dans votre assiette choisie avec soin, dressez joliment vos rondelles, terminez avec les demies tomates cerises. Agrémentez de feuilles & fleurs de basilic pour l’accord aromatique, dégustez à température ambiante, pour que les goûts & senteurs soient les plus vrais.

assiette avec ffeuillejpg

Lassi à la pêche.

En cet été particulièrement chaud, notre corps nous réclame fraîcheur & volupté.

Aujourd’hui laissez moi vous présenter le lassi, jolie boisson estivale, fraîche & originale.

Converted_file_91eb281e

Tout droit venue des pays d’Asie du Sud que l’on appelle le « sous continent indien » ( c’est à dire l’Inde, le Pakistan, le Bhoutan, le Bangladesh, le Sri Lanka & le Népal) , cette boisson est en fait une sorte de « milk-shake indien », à cela de près que ce n’est pas du lait mais du yaourth fermenté & que le lait de vache n’est pas une obligation. Et puis dans les lassi il n’y a pas forcément du fruit. Par exemple il peut être à la rose, ou même poivré.

En Inde le lait/yaourt fermenté utilisé s’appelle le « dahi » mais on ne trouve pas son équivalent en France. Dans ma recette j’utilise un yaourt grec de brebis, ce petit goût acido-fermenté mêlé à la douceur de la brebis semblait parfait pour aller avec la pêche sucrée, reine de l’été. Et puis aussi parce qu’y a pas que la vache qui fait du bon lait dans la vie, & la brebis pardi ?

Les pêches c’est magique, petite peau duveteuse, chair juteuse et couleurs vives.

J’ai rajouté un petit glaçon feuille de basilic pour une fois de plus, profiter de cette belle palette aromatique que nous offre l’été. Vous pouvez facilement rajouter menthe, basilic, coriandre etc dans vos thés glacés & eaux fraiches l’été ! L’eau a un nouveau goût & c’est trop joli dans une carafe en verre !

Converted_file_e4dc9556

Converted_file_29596db6

Temps de préparation : 10 minutes.

Ingrédients : 

  • 300g de  yaourt grec à la brebis (j’ai acheté 2 pots bio à monoprix)
  • 1 cuillère à soupe de sirop d’agave (un peu moins si vos pêches sont très mures)
  • 3 pêches (jaunes de préférence)
  • 150g d’eau

Epluchez vos pêches et coupez les en morceaux.

Mixez les avec le yaourt, l’eau & le sirop d’agave.

Si votre mixeur n’est pas assez puissant et/ou que vous n’aimez pas les mini morceaux, à l’aide d’un tamis (ou d’une passette à thé) filtrez le lassi pour en extraire sa plus belle douceur.

Réservez au frais pendant 30 minutes avant de servir..

Converted_file_52d2a33c

Converted_file_a49e32b6

Brochettes estivales : agneau caramélisé, abricot, pêche & lavande.

1

L’été, la chaleur nous impose un mode de vie différent de celui du reste de l’année, une hydratation plus complète, des menus moins copieux et des envies de fraîcheur.

Au delà des traditionnelles salades composées et glaces par milliers, le roi de l’été est bien entendu le barbecue. Grosses crevettes, saucisses, légumes grillés, tout y passe ! Mais la star reste la brochette.Un petit bâton de bois et une multitude de possibilités !

Aujourd’hui, grande première, je vous présente une recette … avec de la VIANDE ! Eh oui, je ne suis PAS végétarienne !Enfin, si plutôt.. mais pas tout le temps! Pas lorsqu’on me met sous le nez quelque chose de saignant ou de tendre à souhait issu de chez le fermier d’à côté qui nourrit ses petites (ou grosses!) bêtes avec amour et conscience. ! Local & bio sont pour moi des impératifs pour que je puisse me permettre cette douce folie de devenir carnivore.

Ainsi donc cette recette sera à base d’agneau ! Agneau que j’ai marié avec le sirop d’agave pour avoir cette douce caramélisation qui rappelle le soleil sur notre peau. La pêche et l’abricot, crus (pour conserver toutes les vitamines!), seront là pour apporter une fraîcheur estivale et des saveurs inédites ! Le tout parsemé de lavande du jardin, pour ses vertus apaisantes, régénératrices, et aussi parce qu’elle va si bien avec ces fruits !

2 (1)

« Pourquoi du sirop d’agave et pas du miel ? »

Qu’est ce que c’est que ça ?

Le sirop d’agave est votre nouvel ami !

L’agave est une plante, l’agave tequilana, originaire du Mexique, qui est également la base de la téquila ! La sève de cette plante est extraite au coeur, puis chauffée pour obtenir un sirop d’aspect plus liquide que le miel et un goût moins sucré.

C’est une sorte de « miel végétal !

Le sirop d’agave est composé principalement de sucres simples, le fructose et le glucose en proportion variable selon l’espèce et la maturité des agaves utilisées. Un exemple d’analyse montre une composition de 56 % de fructose et 20 % de glucose ! En raison de sa teneur importante en fructose, le sirop d’agave a un index glycémique plus faible que la plupart de tous les autres édulcorants naturels du marché. Sans parler des sucres raffinés qui eux sont très forts en glucose et pauvre en fructose ! Le sirop contient aussi naturellement du fer, du calcium, du potassium et du magnésium.

Pour résumer : ce « nouveau sucre » est moins sucré que le miel (et que le sucre évidemment), moins fort en bouche (quand vous ne voulez pas masquer le goût de l’agneau par exemple), moins cher, et, il n’embête pas les abeilles.. enfin bref, il estTOP !

J’en met partout ! Dans ma cuisine sucrée-salée, fromages blancs, dans mon thé glacé (en + le sirop se dissout plus vite que le sucre ou le miel et même à froid son goût reste super!) et carrément dans mes pâtisseries!

( Je précise que je ne délaisse pas pour autant le miel, qui aura toujours sa place dans mon bidou garde manger (pain d’épices, grog etc)).

3

Pour 3/4 personnes:

Level: facile!

Budget: (bon l’agneau bio c’est pas donné hein mais je vous promet, cette recette vaut le coup ! Seulement mieux vaut être 4 à manger qu’une dizaine!) : 15 euros.

Temps de préparation: 25 minutes.

Ingrédients:

  • 300g de gigot d’agneau
  • 2 pêches blanches pas trop mures
  • 3 abricots
  • 3 cas de sirop d’agave
  • 2 brins de lavande
  • Sel & poivre

Pour commencer, coupez des morceaux de 3cm sur 3cm dans le gigot d’agneau. Réservez à température ambiante.

Découpez en 8 quartiers chaque pèche puis en 2 chaque quartiers de sorte d’avoir 16 morceaux par pêche. Pour les abricots il faut 8 morceaux par fruit.

Dans un bol, mélangez les fruits avec 1 cuillère à soupe de sirop d’agave et les fleurs d’une brindille de lavande. Laissez reposer 5 minutes.

Pendant le temps de repos, préparez votre grill et graissez le avec un peu de beurre. A feu vif, déposez les morceaux d’agneau et marquez toutes les faces en tournant les morceaux toutes les 45 secondes. Une fois que les morceaux sont biencolorés, poursuivez la cuisson à feu réduit et ajoutez 2 cuillères à soupes de sirop d’agave sur la viande et laissez caraméliser quelques instants ! La cuisson ne doit pas être trop longue sinon la viande sera sèche ! Et ça, on veut pas ! Normalement, le temps de cuisson ne devrait pas excéder 6 minutes !

A la fin, salez & poivrez légèrement.

Une fois votre viande cuite, munissez vous de vos brochettes et embrochez les fruits en alternant avec l’agneau. Comme sur la photo ci-dessous !

Déposez sur un plat de service et parsemez de fleurs de lavande !

4

Pavlova mûre & lilas.

1
2

La Pavlova, cette recette symbole de la plus gracieuse des danseuses classique au monde: Anna Pavlova.

La Pavlova est un dessert simple, beau et divin. La simplicité étant la sophistication suprême comme disait De Vinci. Surtout en danse, en l’occurrence.

Meringue, crème fouettée et fruits frais sont les fondamentaux de cette recette. Recette ré interprétable de milles façons.

3

Ce dessert serait originaire d’Océanie en en particulier de Nouvelle Zélande ou d’Australie. Tout ça n’est pas très clair.

En effet Anna Pavlova en grande ballerine et femme libérée qu’elle était, après avoir triomphé dans la Mort du Cygne avait décidé de créer sa propre compagnie de ballet et de voyager à travers le monde. Lors de sa tournée en Océanie dans les années 1925-1930, elle s’arrêta en Nouvelle Zélande puis en Australie. Ces deux pays se chamaillent depuis lors quant à l’origine de la recette. En vérité, on se fiche bien de savoir dans quel lieu fut créée cette recette ! Mais pour les curieux, vous pourrez noter que la Nouvelle Zélande fut la première contrée visitée par Anna et que d’après sa biographe c’est en 1926 à Wellington que le chef de l’hôtel dans lequel séjournait la danseuse créa ce plat en son honneur.

Aérien, sucré et mémorable. Comme la danse. Un message de beauté, de joie et de vie.

Anna Pavlova aurait déclaré peu avant sa mort qu’elle espérait avoir ancré dans le coeur des gens le souvenir de la Danse.

4
5

J’ai pour ma part réalisé une pavlova avec des fruits de mon jardin : les mûres ! Et j’ai aussi utilisé une fleur comestible du mois de mai : le lilas !

6

Place à la recette !

7

Budget:10 euros

Ingrédients:

  • 3 blancs d’oeufs à température ambiante
  • 1 pincée de sel fin
  • 150g de sucre glace
  • 230g de mascarpone
  • 50cl de crème Isigny
  • 1 pincée de vanille en poudre
  • Une petite tasse de coulis de mûres
  • Une poignée de pistaches (non salées attention!)
  • 4 brins de lilas<br/Consignes:Préchauffez votre four chaleur statique à 110°.

    Préparez une plaque à pâtisserie avec un papier cuisson ainsi qu’un cercle en inox du diamètre que vous souhaitez.

    MERINGUE:

    A l’aide d’un fouet manuel ou électrique fouettez en neige les blancs d’oeufs avec la pincée de sel. Quand le mélange devient mousseux ajoutez au fur et à mesure le sucre glace. Fouettez jusqu’à obtention d’un « bec d’oiseau » au bout de votre fouet. C’est prêt !

    Répartissez DELICATEMENT la meringue dans le cercle à l’aide d’une spatule en insistant bien sur les côtés et la base de la meringue, pour que ces derniers ne soient pas trop fragiles à la sortie du four.

    Enfournez pour 1h30 et n’ouvrez pas le four pendant la cuisson ! La meringue risquerait de se craqueler et ça, on veut pas !

    Au bout des 1h30, éteignez puis entrebaillez la porte du four. Laissez y refroidir la meringue. Toujours pour éviter les craquèlements !

    CREME:

    Toujours avec votre fouet, fouettez quelques petites minutes la crème d’Isigny avec le mascarpone et la vanille. Le but est d’obtenir une crème assez ferme pour tenir sur la meringue mais quand même aérienne.

    Une fois la crème montée, garnissez la meringue et créez un tourbillon de coulis de mûre à l’intérieur de la crème. Parsemez de pistaches et de petites fleur de lilas, blanc, violet ou bien rose.

    Ne tardez pas trop à déguster !

    8
    910

Palets aux carottes – cumin & noisettes.

1

Voici une petite recette facile & originale pour des déjeuners végétariens et sans gluten sur le pouce !

J’aime l’idée de petites portions qu’on peut emmener et manger un peu partout, en balade, au travail ou même chez soi, allongé dans son jardin !

J’aime aussi utiliser les produits en fonction de leur saisonnalité, mais je trouve intéressant de trouver des idées de plats intemporels, qu’on peut faire à presque chaque période de l’année. Cette recette en est un exemple parfait !

En effet, on trouve la carotte tout au long de l’année ! Ses variétés changent, mais la carotte en elle-même reste !

En avril arrivent les premières carottes nouvelles, rondes ou un peu allongées, cultivées en serres chauffées et vendues en botilllons avec les fanes. Ce sont soit les « grelots », tendres, sucrés et parfumés, soit la variété « Bellot », dont les carottes sont un peu moins fines. De mai à juin, viennent les carottes du type « nantaise », longues ou demi-longues, croquantes, cultivées sous châssis. Puis, de juin à octobre, arrivent les carottes longues ou mi-longues, cultivées en pleine terre, très bonnes si elles sont fraîchement cueillies. Enfin d’octobre à mars, on trouve les carottes d’hiver, longues et parfois grosses, de saveur moyenne, conservées en terre ou en chambre froide.

Mini historique:

La carotte est à la fois le nom de la plante potagère et celui de la racine que l’on consomme crue ou cuite. Elle serait originaire d’Asie Mineure, où elle poussait déjà à l’état sauvage il y a plus de 2 000 ans!

Les Grecs et les Romains reconnaissaient à la carotte une valeur thérapeutique (notamment pour l’acuité visuelle), mais ils ne l’appréciaient guère comme légume.

Jusqu’à la Renaissance, la carotte sauvage a une couleur blanchâtre, une peau assez coriace et un coeur fibreux. Elle n’apparaît jamais, comme toutes les « raves » (plantes cultivées pour leurs racines charnues comestibles), parmi les aliments nobles. Cependant, dès le Moyen Age elle devient un légume très consommé, comme le panais, car peu coûteux!

La carotte fut améliorée peu à peu, et des espèces cultivées furent vendues sur les marchés. Sa couleur orangée ne date que du milieu du 19ème siècle.

2

Nous voilà donc lancés dans une recette végétarienne !

Pour bien commencer, je vais vous présenter en quelques mots les fondements du plat végétarien, c’est à dire ce qu’on doit retrouver dans un plat de ce type pour une alimentation saine et équilibrée.

Il nous faut:

  • Des fruits et légumes crus.
  • Des protéines végétales, comme les céréales ou les légumineuses.

Les céréales contiennent des protéines mais la lysine, un acide aminé essentiel, leur fait défaut. C’est pourquoi on les associe aux légumineuses (lentilles, haricots blancs, rouges, noirs, pois chiche, pois cassés, fèves, soja) qui elles contiennent la fameuse lysine. Cela permet donc une meilleure assimilation des protéines complètes et accroit jusqu’à 50% la valeur des protéines absorbées. Quelle dose ? par exemple 150gr de céréale pour 50 gr de légumineuse. Saviez-vous que les pois chiches contiennent 7 fois plus de fer que le poulet et que les haricots renferment plus de phosphore que le poisson ?

  • Des graines oléagineuses + des fruits secs (amandes, noisettes, pistaches, noix de cajou, sésame, tournesol, pépins de courge…et raisins secs, figues, dattes, ananas, pruneaux…) pour des protéines complètes.
  • Des glucides de qualité.

Il s’agit ici de ne consommer que des aliments non raffinés, qui contiennent donc encore des minéraux pour permettre leur assimilation. Des sucres complets ou intégraux (Muscovado, Rapadura, sucre de canne complet, sucre de fleur de coco, sirop d’agave, de riz ou d’orge, sucre de fruits comme le poiret, sucre de dattes…), des céréales semi complètes (farine T80 pour le pain) donc pâtes et riz semi complets.

  • Des lipides de qualité.

N’hésitez pas à mélanger les huiles ! Olive, tournesol, lin, noix.. elles ont toutes des omégas différents !

  • Des épices.

En plus d’apporter couleur et goût à vos préparations, les épices aident à accélérer la digestion!

Voilà pour le topos ! Maintenant, voici la liste des ingrédients pour la recette, tous ayant une raison d’être !

3

Ingrédients pour environ 15 palets:

  • 100 g de farine de riz –> glucides
  • 50 g de flocons de pois cassés –>légumineuses
  • 2 carottes, ici des carottes d’hiver!
  • 1 cuillère à café bombée de cumin en poudre –>épice
  • 30 g de parmesan en morceaux
  • 1 poignée de noisettes entières décortiquées –> fruit sec
  • 1 poignée de noisettes en morceaux
  • 10 ml d’huile d’olive –> oméga 9
  • 10 ml d’huile de tournesol –> oméga 6
  • sel et poivre

NB.:Cette recette constitue une idée d’accompagnement ou un apéritif mais n’est pas un plat entier, c’est pourquoi on ne retrouve pas de légumes ou fruits crus.

Pour un déjeuner, accompagnez ces palets d’une salade verte ou d’une salade de tomates et d’un oeuf au plat par exemple!

La farine de riz et les flocons de pois chiche ne comportent pas de gluten ainsi l’assimilation dans l’organisme et la digestion seront plus aisés et vous ne risquerez pas d’être balloné si vous en mangez un peu trop!

La carotte, la noisette et le cumin sont une combinaison qui marche du tonnerre ! Vous verrez !

4

Temps de préparation: 1 heure (dont 30 minutes au frais).

Budget: 6 euros

Consignes:

Pelez et râpez les carottes. Placez-les dans un mixeur avec les autres ingrédients excepté les noisettes entières. Mixez jusqu’à obtenir une pâte homogène et épaisse.

Roulez la pâte en un long boudin d’environ 2 – 3 cm de hauteur.

Réservez la pâte au réfrigérateur au minimum 30 min pour qu’elle puisse se raffermir et développer ses arômes.

Préchauffez le four th. 6 (180°C). Chaleur tournante de préférence.

Sortez le boudin et sur un plan fariné, tranchez le en rondelles de 1 cm d’épaisseur.

Placez les rondelles sur une tôle à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé ou dans des mini moules en silicones. Disposez une noisette sur chaque palet.

Enfournez et laissez cuire une quinzaine de minutes. La noisette va se torréfier pendant la cuisson.

Laissez refroidir sur une grille, les palets durciront en séchant mais le cœur du biscuit restera moelleux. Ces biscuits se conservent un petite semaine.

5