Palets aux carottes – cumin & noisettes.

1

Voici une petite recette facile & originale pour des déjeuners végétariens et sans gluten sur le pouce !

J’aime l’idée de petites portions qu’on peut emmener et manger un peu partout, en balade, au travail ou même chez soi, allongé dans son jardin !

J’aime aussi utiliser les produits en fonction de leur saisonnalité, mais je trouve intéressant de trouver des idées de plats intemporels, qu’on peut faire à presque chaque période de l’année. Cette recette en est un exemple parfait !

En effet, on trouve la carotte tout au long de l’année ! Ses variétés changent, mais la carotte en elle-même reste !

En avril arrivent les premières carottes nouvelles, rondes ou un peu allongées, cultivées en serres chauffées et vendues en botilllons avec les fanes. Ce sont soit les « grelots », tendres, sucrés et parfumés, soit la variété « Bellot », dont les carottes sont un peu moins fines. De mai à juin, viennent les carottes du type « nantaise », longues ou demi-longues, croquantes, cultivées sous châssis. Puis, de juin à octobre, arrivent les carottes longues ou mi-longues, cultivées en pleine terre, très bonnes si elles sont fraîchement cueillies. Enfin d’octobre à mars, on trouve les carottes d’hiver, longues et parfois grosses, de saveur moyenne, conservées en terre ou en chambre froide.

Mini historique:

La carotte est à la fois le nom de la plante potagère et celui de la racine que l’on consomme crue ou cuite. Elle serait originaire d’Asie Mineure, où elle poussait déjà à l’état sauvage il y a plus de 2 000 ans!

Les Grecs et les Romains reconnaissaient à la carotte une valeur thérapeutique (notamment pour l’acuité visuelle), mais ils ne l’appréciaient guère comme légume.

Jusqu’à la Renaissance, la carotte sauvage a une couleur blanchâtre, une peau assez coriace et un coeur fibreux. Elle n’apparaît jamais, comme toutes les « raves » (plantes cultivées pour leurs racines charnues comestibles), parmi les aliments nobles. Cependant, dès le Moyen Age elle devient un légume très consommé, comme le panais, car peu coûteux!

La carotte fut améliorée peu à peu, et des espèces cultivées furent vendues sur les marchés. Sa couleur orangée ne date que du milieu du 19ème siècle.

2

Nous voilà donc lancés dans une recette végétarienne !

Pour bien commencer, je vais vous présenter en quelques mots les fondements du plat végétarien, c’est à dire ce qu’on doit retrouver dans un plat de ce type pour une alimentation saine et équilibrée.

Il nous faut:

  • Des fruits et légumes crus.
  • Des protéines végétales, comme les céréales ou les légumineuses.

Les céréales contiennent des protéines mais la lysine, un acide aminé essentiel, leur fait défaut. C’est pourquoi on les associe aux légumineuses (lentilles, haricots blancs, rouges, noirs, pois chiche, pois cassés, fèves, soja) qui elles contiennent la fameuse lysine. Cela permet donc une meilleure assimilation des protéines complètes et accroit jusqu’à 50% la valeur des protéines absorbées. Quelle dose ? par exemple 150gr de céréale pour 50 gr de légumineuse. Saviez-vous que les pois chiches contiennent 7 fois plus de fer que le poulet et que les haricots renferment plus de phosphore que le poisson ?

  • Des graines oléagineuses + des fruits secs (amandes, noisettes, pistaches, noix de cajou, sésame, tournesol, pépins de courge…et raisins secs, figues, dattes, ananas, pruneaux…) pour des protéines complètes.
  • Des glucides de qualité.

Il s’agit ici de ne consommer que des aliments non raffinés, qui contiennent donc encore des minéraux pour permettre leur assimilation. Des sucres complets ou intégraux (Muscovado, Rapadura, sucre de canne complet, sucre de fleur de coco, sirop d’agave, de riz ou d’orge, sucre de fruits comme le poiret, sucre de dattes…), des céréales semi complètes (farine T80 pour le pain) donc pâtes et riz semi complets.

  • Des lipides de qualité.

N’hésitez pas à mélanger les huiles ! Olive, tournesol, lin, noix.. elles ont toutes des omégas différents !

  • Des épices.

En plus d’apporter couleur et goût à vos préparations, les épices aident à accélérer la digestion!

Voilà pour le topos ! Maintenant, voici la liste des ingrédients pour la recette, tous ayant une raison d’être !

3

Ingrédients pour environ 15 palets:

  • 100 g de farine de riz –> glucides
  • 50 g de flocons de pois cassés –>légumineuses
  • 2 carottes, ici des carottes d’hiver!
  • 1 cuillère à café bombée de cumin en poudre –>épice
  • 30 g de parmesan en morceaux
  • 1 poignée de noisettes entières décortiquées –> fruit sec
  • 1 poignée de noisettes en morceaux
  • 10 ml d’huile d’olive –> oméga 9
  • 10 ml d’huile de tournesol –> oméga 6
  • sel et poivre

NB.:Cette recette constitue une idée d’accompagnement ou un apéritif mais n’est pas un plat entier, c’est pourquoi on ne retrouve pas de légumes ou fruits crus.

Pour un déjeuner, accompagnez ces palets d’une salade verte ou d’une salade de tomates et d’un oeuf au plat par exemple!

La farine de riz et les flocons de pois chiche ne comportent pas de gluten ainsi l’assimilation dans l’organisme et la digestion seront plus aisés et vous ne risquerez pas d’être balloné si vous en mangez un peu trop!

La carotte, la noisette et le cumin sont une combinaison qui marche du tonnerre ! Vous verrez !

4

Temps de préparation: 1 heure (dont 30 minutes au frais).

Budget: 6 euros

Consignes:

Pelez et râpez les carottes. Placez-les dans un mixeur avec les autres ingrédients excepté les noisettes entières. Mixez jusqu’à obtenir une pâte homogène et épaisse.

Roulez la pâte en un long boudin d’environ 2 – 3 cm de hauteur.

Réservez la pâte au réfrigérateur au minimum 30 min pour qu’elle puisse se raffermir et développer ses arômes.

Préchauffez le four th. 6 (180°C). Chaleur tournante de préférence.

Sortez le boudin et sur un plan fariné, tranchez le en rondelles de 1 cm d’épaisseur.

Placez les rondelles sur une tôle à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé ou dans des mini moules en silicones. Disposez une noisette sur chaque palet.

Enfournez et laissez cuire une quinzaine de minutes. La noisette va se torréfier pendant la cuisson.

Laissez refroidir sur une grille, les palets durciront en séchant mais le cœur du biscuit restera moelleux. Ces biscuits se conservent un petite semaine.

5

Bouillon de noix de St Jacques, citron vert, coriandre.

soupe1

C’est si bon les coquilles St Jacques ! Elles sont délicates, savoureuses et si vous suivez ma recette, elles feront une jolie et parfaite entrée pour votre repas de Noël !

Cette entrée est facile à réaliser, ses saveurs sont originales et font en général l’unanimité autour de la table.

Le saviez-vous ? La saison de la St Jacques dure environ 7 mois, d’octobre à mi-mai. On est en plein dedans ! La principale région de pêche est la Normandie, qui détient 2 labels rouges, un pour la coquille et l’autre pour la noix.

Avant de vous proposer ma recette, voici quelques conseils pour bien choisir ses coquilles St Jacques :

•Chez votre poissonnier, veillez bien à ce que la St jacques porte le nom latin de Pecten maximus, car autrement, d’autres mollusques comme les pétoncles ou les vanneaux se glissent sous l’appellation noix de St Jacques, et bien qu’ils ne soient pas mauvais, ils n’ont rien à voir avec la saveur de la vraie noix de St Jacques. Donc : be careful !

•Choisissez la vivante. Et si elle est ouverte, touchez la : elle doit se refermer immédiatement.

•Vous pouvez conserver les coquilles St Jacques fraîches entières, idéalement à plat, au réfrigérateur pendant 3 jours au maximum. Si vous avez acheté des noix décoquillées conservez-les dans un plat en verre couvert d’un film alimentaire pendant 2 jours maxi.

•Par souci d’économie, ou parce que vous n’allez pas au marché ou que vous voudriez faire cette recette en été, vous pouvez tout à fait acheter des coquilles St Jacques surgelées. Il y en a de bonne qualité chez la marque de surgelés Picard. Dans ce cas-là, faîtes les décongeler dans du lait 3 heures avant de les cuisiner et elles seront aussi moelleuses que des noix fraîches.

Voilà pour les petits conseils, maintenant, place à la recette !
Temps de préparation : 25 minutes.

Budget: dépend si vous avez choisi des coquilles fraiches ou surgelées, mais vu que les autres ingrédients ne sont vraiment pas cher du tout.. c’est un budget très bon marché.

soupe2

Ingrédients pour 4 personnes :

•12 petites noix de St Jacques

•2 cubes de bouillon de poule

•1 citron vert

•2 grosses cuillères à soupe de coriandre fraîche hachée

•1/2 cuillère à café (cac) de sucre blond

•1/2 cac de piment doux

•1/2 cac de sel

•1/2 cac de poivre blanc moulu

Faîtes chauffer 1 litre d’eau dans une casserole, portez à frémissement et diluez les cubes avec un fouet. Ajoutez les épices et baissez le feu.

Découpez le citron vert en 8 rondelles. Ajoutez les au bouillon et laissez infuser pendant 10 minutes à feu doux. Ravivez le feu et ajoutez les noix, toutes en même temps afin de ne pas en sur cuire ou « sous cuire » certaines. Cuisez les rapidement pendant 3 minutes.

Sortez les noix et réservez-les dans une assiette. Versez le bouillon dans 4 petits bols, déposez-y les noix et saupoudrez de coriandre hachée et posez une rondelle de citron vert en décoration.

C’est prêt !

Variante : vous pouvez aussi décider de réaliser cette recette en plat principal, en rajoutant 2 St jacques par personne et cuisiner un risotto au jus de St Jacques, corail, coriandre et zeste de citron vert!

soupe3
soupe4

Gâteau d’hiver. Citrouille, chocolat, noix & matcha.

1

J’avais en tête l’idée moussue de la forêt en hiver, cette mousse verte imperturbable à tous les temps. Ce tapis doux, fragile, moelleux mais fort à la fois, invincible on dirait. Mon gâteau est un peu comme ça, robuste d’apparence, étrangement attirant, et moelleux à la dégustation !

Le matcha s’utilise en toutes saisons, et pourquoi ne pas l’allier à la citrouille de mon jardin, cette courge des contes de fées ? Un petit peu de chocolat pour la gourmandise et le crumble aux noix pour le croquant…

C’est en 2014 que j’ai véritablement appris à cuisiner et à aimer le thé matcha, c’est en 2015 que je le cuisinerai ici pour la première fois.

Mais qu’est-ce que c’est ?

Le thé matcha est japonais, il est d’une couleur verte éclatante, et est moulu en une fine poudre entre deux pierres. Pour obtenir cette sorte de thé, quelques semaines avant la récolte, les buissons de thé sont couverts et protégés de la lumière directe du soleil. Ainsi la feuille pour réaliser sa photosynthèse va surproduire de la chlorophylle et puiser dans le sol tous les oligo-éléments dont elle a besoin (d’où sa couleur verte !). Puis, les feuilles fraiches sont enroulées avant d’être séchées et dépliées par la suite. Elles vont alors s’émietter et donner du « Tencha ». Le Tencha moulu en une fine poudre sera enfin appelé Matcha.

Le thé matcha se prépare traditionnellement sous forme de boisson de thé. Il est d’abord tamisé dans une écope en bambou puis on ajoute une petite quantité d’eau bouillante. Cette mixture est alors fouettée énergiquement au moyen d’un fouet traditionnel en bambou, jusqu’à l’obtention d’une texture mousseuse !

Aujourd’hui le thé matcha est utilisé dans les sucreries japonaises, comme boisson mélangé à du lait de soja, comme arôme pour parfumer les chocolats, les gâteaux et même les crèmes glacées.

La saveur du thé matcha est affectée par ses acides aminés, elle rappelle le chocolat noir, les algues, voir même les épinards et les pointes d’asperges vertes !

Petit topo sur les vertus du thé matcha :

Les vitamines B sont très présentes, la B1 entretiendrait le système nerveux, le cœur et l’appareil digestif. La B3 aurait une action générale sur les tissus et renforcerait avec la B11 le métabolisme lipidique de l’organisme. La B5 serait nécessaire au bon état de la peau, des muqueuses et des cheveux. Il y a aussi des vitamines A, C et P, cette dernière serait très importante pour la résistance de la peau, les cheveux et renforcerait les tissus sanguins.

Outre les vitamines, le matcha est riche en chlorophylle, en fluor, en polioses (qui abaisseraient la glycémie et aideraient au traitement du diabète) ou encore en flavonols, anti-oxydants par excellence qui renforceraient les parois vasculaires et augmenteraient l’élasticité des vaisseaux sanguins… bref, buvez & mangez Matcha !

Bon, maintenant, place à la recette !

2

Le gâteau est volontairement à la limite du salé et du sucré. « Pourquoi pas en entrée !? » diront les moins frileux. Mais en dessert, ou à l’heure du goûter avec une tasse de thé au gingembre par exemple, il est parfait.

3

Temps de préparation : 1 heure + 1 heure 15 de cuisson + 3 heures au frais.

Ingrédients :

Quelques carrés de chocolat noir.

Le crumble :

  • 66g de farine de riz
  • 30g de sucre blond
  • ¼ cuillère à café (cac) de sel fin
  • 4 cac de thé Matcha
  • 3 poignées de morceaux de noix (faire 4 morceaux par cerneau environ).
  • 6 cuillères à soupe (cas) de beurre fondu

Le cake :

Ingrédients SECS :

  • 130g de farine de riz
  • 95g de farine de blé

(Vous pouvez tout faire avec de la farine de blé mais la farine de riz rendra le gâteau plus léger et plus digeste)

  • 150g de sucre blond
  • 1 cac de sel fin
  • 1 + ½ de bicarbonate
  • ½ cac de vanille en poudre
  • ½ cac de cannelle
  • 1 cac de gingembre frais râpé

Ingrédients HUMIDES :

  • 1 bol de morceaux de citrouille cuits + 10g de beurre + mélange 4 épices
  • 2 œufs à température ambiante
  • 62ml d’huile d’olive
  • 60g de beurre doux très mou
  • 3 cas de fromage blanc épais
    Le glaçage :
  • 150g de St Môret
  • 1 cac de sucre glace
  • Quelques gouttes de jus de citron vert
    Consignes :
    Thermostat 6 (180°C), chaleur statique.

    Pour le crumble :

    Mélangez tous les ingrédients avec le beurre fondu. Si vous n’arrivez pas à avoir la consistance « miette » du crumble, rajoutez un peu de farine. Placez le crumble au frais pendant que vous vous occuperez du cake.

    Pour le cake :

    Tout d’abord, après avoir cuit votre citrouille, placez les morceaux dans une poêle chaude avec du beurre, saupoudrez légèrement de sucre blond et de mélange 4 épices. Faîtes rôtir les morceaux 3 minutes, puis dans un bol, écrasez-les grossièrement à la fourchette.

    Dans un saladier, faîtes mousser le sucre avec les œufs. Ajoutez la courge et le reste des ingrédients « humides », mélangez, puis ajoutez les ingrédients « secs ».

    Beurrez et tapissez de papier cuisson un moule à cake, versez-y le mélange, tapissez de grosses miettes de crumble le dessus du gâteau.

    Enfournez pendant 25 minutes. Au bout de ce temps, placez sur le cake une feuille de papier aluminium, pour que le dessus du gâteau ne brunisse pas trop. Continuez la cuisson pour encore 45 minutes, en réduisant à 170°C.

    C’est cuit ? Laissez refroidir le cake pendant au moins 2 heures.

    Une fois bien refroidi, tranchez soigneusement le gâteau dans sa longueur du milieu, en prenant soin de ne pas abîmer la partie crumble.

    4

    Pour le glaçage :

    Mélangez alors le St Môret, le sucre glace et le citron, et tartinez la partie inférieure du cake. Ajoutez les morceaux de chocolat noir. De taille égales. Replacez la partie supérieure.

    Placez au frais, dégustez.

    PS:Il est encore meilleur le lendemain !

    5

Fairy carott cake.

1

La petite histoire du carott cake:

C’est un vieux gâteau, car ses ancêtres sont nés au Moyen Age!

En effet, à cette époque les sucreries étant très onéreuses, les carottes firent leur entrée en pâtisserie, car elles avaient un côté sucré et on pouvait les récolter facilement. On dit que les premiers ont été réalisés en Suède, mais c’est surtout durant la période géorgienne puis la seconde guerre mondiale et les rationnements de nourriture en Angleterre que les carottes furent à nouveau une alternative au sucre. La popularité du carott cake était faite !

Les américains le découvrirent dans les années 60 , et en firent eux aussi un gâteau incontournable de leur palette à desserts.

Aujourd’hui on l’agrémente d’un glaçage onctueux au creamcheese, qui apporte une fraîcheur et un petit goût salé délicieux.

Habituellement je réalise le carott cake en grande pièce, en forme de cake.

Mais cette fois-ci j’ai voulu allier cette saveur incontournable au kitsh des fairy-cake anglais, petits gâteaux des années 50, cousins germains des célèbres cupcakes américains. Les anglais les appellent fairy cake, car ils ressemblent à des gâteaux de fées, je trouve cette appellation beaucoup plus mignonne que celle de « cupcake », bien plus plus terre à terre.

2

Ainsi, voici une recette british à souhait !

Temps de préparation: 20 min + 50 min de cuisson + 5 min de déco : 1 h 15 minutes.

Budget: 5 euros.

Ingrédients pour 10 fairy carott cakes:

Pour le gâteau:

  • 2 oeufs bio
  • 120g de farine de riz ou de blé
  • 1/3 cuillère à café (cac) de sel
  • 200g de sucre blond
  • 2/3 de sachet de levure chimique ou une cuillère de bicarbonate alimentaire
  • 1 grosse poignée de noix décortiquées et cassées en gros morceaux
  • 200g de carottes bio
  • 7cl d’huile d’olive et/ou de tournesol
  • 1 cac non bombée de cannelle
  • 1 pincée de noix de muscade rapée
  • 1 pincée de 4 épices

Pour le glaçage:

  • 150g de creamcheese ou de St Morêt
  • 3 cuillères à soupe de crème genre crème d’isigny
  • 3 cuillères à soupe de sucre glace tamisé
  • 1 cac de jus de citron bio
  • 1 poche à douille serait idéale (pour faire une jolie décoration façon fairycakes).

Préchauffez votre four à 180°C (Thermostat 6).

Hachez les carottes pour avoir l’apparence des carottes rapées.

Mélangez dans un petit saladier : farine + levure ou bicarbonate + sel + épices.

Dans un plus grand bol faîtes mousser les oeufs et le sucre.
Rajoutez dans le mix 2 cuillérées à soupe d’eau chaude et l’huile.

En plusieurs fois, incorporez au mélange liquide le bol de farine, les noix et les carottes.

L’appareil est fin prêt ! Il n’y a plus qu’à le verser dans vos petits moules à cupcakes ou à muffins.

CONSEILS: Si vous prévoyez un petit moule avec en plus une petite caissette à cupcake, ou des moules en silicone: pas besoin de beurrer le moule. Par contre, beurrez et farinez (légèrement) si les moules sont en acier, car cela risquerait d’accrocher !
Enfournez pendant 25/30 minutes. Vous saurez qu’ils sont bien cuit si vous plantez la pointe d’un couteau à l’intérieur et qu’elle en ressort presque sèche!

Démoulez et laissez refroidir complètement vos petits gâteaux.

Préparez ensuite votre glaçace en mélangeant simplement sucre glace, fromage, crème et citron.

Mettez en poche à douille votre glaçage et décorez votre fairy carott cake, ou à défaut tartinez généreusement à l’aide d’une cuillère.

Ces jolis petits gâteaux se mangent à toutes heures et se conservent très bien au réfrigérateur quelques jours !


3

Velouté de chou rouge.

velouté

Parmi toutes les variétés de choux que l’on récolte, le chou rouge est selon moi (à égalité avec le chou romanesco ) le plus beau des choux.

Et en plus d’être au top de la beauté il est aussi un allié santé, étant le chou possédant le plus d’agents antioxydants et d’apports en Fer et vitamines C.

On le prépare souvent en salade avec une vinaigrette, parfois en confit, mais un chou rouge en soupe est un plat original, beau, facile, pas cher et délicieux.

Voici donc ma version de velouté de chou rouge.

vel2

Ingrédients pour 2 personnes:

Temps de préparation : 1 heure.

Budget : 5euros.

  • 1 quart d’un gros chou rouge
  • 1 oignon jaune
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 2 verres de bouillon de légumes 
  • 4 cuillères à soupe de crème végétale (soja ou amande) 
  • Besoin d’un mixeur plongeant ou d’un blender

Lavez, essorez et émincez les feuilles de chou rouge.

Emincez l’oignon.

Dans une petite cocotte ou un fait-tout, faîtes dorer les oignons avec 2 cuillères à soupe d’huile, puis incorporez à feu moyen le chou. Rajoutez l’huile.

Recouvrez avec le bouillon.

Mitonnez en remuant régulièrement pendant 30 minutes. Salez, poivrez.

Réservez pendant 10 minutes le temps que ça refroidisse un peu.

Mixez très finement la moitié du chou et de son jus.

Répétez l’opération avec le reste.

Réchauffez le tout dans la cocotte, réajustez l’assaisonnement, puis servez avec une petite cuillère de crème.

Cookies au chocolat !

Recette pour environ 30 cookies.

Temps de préparation : 30 minutes + 1 NUIT :

Budget: 5euros.

Ingrédients et consignes :

Une plaque de chocolat dessert. J’ai pris du chocolat noir, mais des marques de chocolat dessert font aussi des chocolats au lait, praliné, blanc.. “dessert” car il se tiendra mieux lors de la phase de repos et au four.

Cassez en petits dés les morceaux de chocolat.

Dans un premier saladier qu’on appellera « sec »:

2 + 1/4 de mug de farine de riz semi complète (ou de blé pour les tolérants au gluten)
1 cuillère à café (cac) de bicarbonate
1 + 1/2 cac de maïzena
1/2 cac de sel

Dans un autre petit saladier nommé « humide »: Mélangez soigneusement:

3/4 de mug de morceaux de beurre mou
1 mug de sucre roux
1 oeuf + 1 jaune d’oeuf bio
1 cac d’extrait de vanille ou 2 si vous adorez la vanille. 

Versez l’humide dans le sec, mélangez, incorporez doucement tous les ingrédients.

Rajoutez les morceaux de chocolat réservés juste avant. Mélangez tous les ingrédients, jusqu’à ce qu’ils soient bien amalgamés entre eux. A ce stade, roulez la pâte en un long boudin d’environ 4cm de hauteur. Il sera plus facile de couper les cookies pour les mettre à cuire.

Placez au frigo avec un torchon dessus, pendant au moins une nuit. Le beurre durcira, la pâte sera moins élastique. Le repos est OBLIGATOIRE.

Le lendemain faîtes chauffer votre four à 180°. Placer une feuille de papier cuisson sur une plaque à patisserie. Et coupez vos cookies à l’aide d’un bon couteau. Espacez les bien sur la plaque à pâtisserie car ils vont un peu s’étaler. Une fois la première tournée enfournée, n’oubliez pas de remettre le boudin au frais.

ENFOURNEZ pendant 10 min.

ATTENTION :Les fours étant tous différents, la première fournée sera une sorte de test, une fois les cookies sortis du four, regardez en dessous du cookie, si c’est un peu trop brun, réduisez à 175° C ou d’une minute de temps.

Une fois sortis du four, laissez les refroidir sur une grille. Ils peuvent sembler mous, mais ils durciront au contact de l’air ambiant.

Pour plus d’efficacité et moins d’énergie consommée, pendant que vos cookies cuisent, dans une assiette préparez dors et déjà la fournée suivante, placez la au frigo pendant que les cookies cuisent. N’oubliez pas de laisser au frigo votre pâte quand vous ne vous en servez pas.

Conservation:

Les cookies se conservent dans des boîtes hermétiques, je les enveloppe aussi dans des petits tissus, ainsi je peux les garder au moins une semaine. Mais ils sont si bons qu’ils ne durent jamais bien longtemps !